Go to main content

Angola

ABONNEZ-VOUS
à notre newsletter
et restez informé de nos activités !

Situation du pays

Handicap International est intervenue en Angola à partir de 1994, jusque fin 2013. Ce pays a subi une guerre civile pendant quarante ans, guerre qui a laissé de nombreuses traces et notamment un pays fortement touché par les mines antipersonnel.

Handicap International a mis en place des actions d’éducation aux risques des mines et de réadaptation avec plusieurs centres d’appareillage à Benguela, Lubango, Uige et Negage notamment, ainsi qu’un centre de production de pieds prothétiques à Luanda. En 2005, ces centres sont transférés au Programme national Rééducation et Handicap, sous la supervision du  ministère angolais de la Santé. A partir de cette date, les activités de Handicap International ont ciblent trois domaines clés : la rééducation à base communautaire, l'intégration des personnes handicapées sur le marché du travail et le renforcement des associations de personnes handicapées

En 2011, Handicap International a transféré ses activités de réadaptation à base communautaire[1] à ses partenaires locaux. De 2011 jusque fin 2013, Handicap International a continué à soutenir le réseau d'associations locales de personnes handicapées dans les trois provinces angolaises (Huambo, Benguela et Huila)     mais sans être directement présente dans ce pays.

Depuis, Handicap International ne mène plus aucun projet dans ce pays.

Contexte

Il y a en Angola près de 500 000 personnes handicapées sur une population totale d'environ 20 millions. Ce chiffre est probablement sous-estimé. Il faut en effet prendre en compte la durée et l'intensité de la guerre civile qui a dévasté ce pays pendant 40 ans, la présence de mines anti-personnel dans la région et l'accès limité aux services de santé.

[1] La réadaptation à base communautaire consiste à associer, voire à former les proches et l’entourage d'une personne handicapée à des gestes ou des soins de réadaptation dans le but de les pérenniser.