Go to main content

Yemen : 16 millions de personnes ont besoin d'aide

L'ampleur du conflit en cours au Yémen et son bilan humanitaire en font une des crises les plus grave au monde. 

 

Des millions d’enfants sont gravement malnutris. Plus de 16 millions de personnes n’ont aucun accès ni à l’eau courante, ni à des sanitaires. La famine a des conséquences désastreuses sur le développement physique et psychique des enfants.   

Voilà presque quatre ans que les habitants vivent dans la violence de cette guerre civile. Avec l’angoisse constante des bombardements constants et des attentats à la bombe. 

 

Ils ont besoin d’urgence de soutien humanitaire.

 

L’équipe de Handicap International fournit de l’aide à la revalidation et un soutien psychologique aux victimes. Maud Bellon, coordinatrice de l’aide d’urgence, alarme sur la situation :

« La nourriture, le logement et l’aide médicale sont devenus inestimables. Des enfants affaiblis mènent chaque jour une lutte désespérée dans des zones de guerre mortelles. »

 

Aidez les habitants du Yémen !

 

Nos équipes sont présentes dans 8 hôpitaux et centres de revalidation. Ces trois dernières années, 20 000 personnes ont reçu des soins de revalidation, 17 000 personnes un soutien psychologique et 9 500 personnes une aide à la mobilité, comme une prothèse, un fauteuil roulant ou des béquilles.

Avec votre généreux don de 40, 75, 100 euros ou plus, les équipes d’urgence de Handicap International peuvent aider les victimes et leurs fournir des soins indispensables.

 

JE FAIS UN DON

 

Retrouvez l’interview complète de Maud Bellon ici.

Pour aller plus loin

Téléphone en panne

Téléphone en panne

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. Nous mettons tout en oeuvre pour réparer la panne. En attendant, n'hésitez pas à nous envoyer un courriel à l'adresse info@belgium.hi.org

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. 

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.