Go to main content

Un millier d'abris transitionnels et accessibles

Insertion Réadaptation
Haïti
Face à une population privée de ses moyens d’existence, l’exercice du mandat de Handicap International auprès des plus vulnérables passe par la participation à l’organisation et à la coordination logistiques des secours et la couverture des besoins de base. La réponse aux besoins quotidiens essentiels des sinistrés haïtiens s’est traduite par des distributions d’aide, par des activités « cash for work » et par la construction d’habitat transitoire pour les populations les plus vulnérables dont les personnes handicapées.
photo d'un shelter avec rampe d’accès

Face à une population privée de ses moyens d’existence, l’exercice du mandat de Handicap International auprès des plus vulnérables passe par la participation à l’organisation et à la coordination logistiques des secours et la couverture des besoins de base. La réponse aux besoins quotidiens essentiels des sinistrés haïtiens s’est traduite par des distributions d’aide, par des activités « cash for work » et par la construction d’habitat transitoire pour les populations les plus vulnérables dont les personnes handicapées.

Construction d'abris transitionnels

Handicap International a mené en Haïti un projet de construction de plus de 1 000 abris transitionnels, anticycloniques, parasismiques et accessibles aux personnes à mobilité réduite. Ces abris sont destinés en priorité aux populations les plus vulnérables et permettra de loger plus de 5 000 personnes, à Petit-Goâve et Grand-Goâve.

Ces habitations sont théoriquement conçues pour durer trois ans. Toutefois, bien entretenues, elles pourront durer davantage, leur structure étant conçue pour résister aux intempéries. Elles sont constituées d’une ossature en bois, de parois en lames de bois tressées (clissade) et d’une toiture limitant les prises au vent. Le sol est formé d’une dalle, surélevée pour préserver les occupants de l’humidité lors des pluies. Les habitations sont adaptées aux besoins de leurs occupants et des aménagements sont effectués lorsque cela est nécessaire (rampe d’accès, portes plus larges, clenches spéciales…)

Des modules de surfaces différentes sont également prévus pour s’adapter à la taille des familles et à celle du terrain de construction. Formés d’éléments préfabriqués, les habitats transitoires sont préparés en kits, par les équipes de Handicap International, au sein d’un atelier créé pour l’occasion et transportés sur le terrain, avant d’être montés avec les familles, afin qu’elles se les approprient pleinement et qu’elles soient en mesure d’en assurer l’entretien.

En décembre 2011, un total de 1050 habitats transitoires a été livré, permettant l’installation de près de 5 000 personnes.
 

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.