Go to main content

Témoignage d'Haïti: Astride passe de pneus à roues

Réadaptation Urgence
Haïti
Il est impossible de parler de routine à Sarthe. Chaque jour nous réserve ses surprises.  Ce jour-là, nous étions en train de travailler sous les tentes avec les patients lorsqu’un infirmier nous a demandé de le suivre car un nouveau patient était arrivé pour nous.  Nous nous sommes dirigées à l’entrée du camp où une expatriée d’une ONG de la République Dominicaine (pays limitrophe d’Haïti) nous a présenté une jeune Haïtienne, Astride Noël, qu’elle avait trouvée sur le trottoir dans un bidonville de Port-au-Prince.
Astride passe de pneus à roues

Il est impossible de parler de routine à Sarthe. Chaque jour nous réserve ses surprises.

Ce jour-là, nous étions en train de travailler sous les tentes avec les patients lorsqu’un infirmier nous a demandé de le suivre car un nouveau patient était arrivé pour nous.

Nous nous sommes dirigées à l’entrée du camp où une expatriée d’une ONG de la République Dominicaine (pays limitrophe d’Haïti) nous a présenté une jeune Haïtienne, Astride Noël, qu’elle avait trouvée sur le trottoir dans un bidonville de Port-au-Prince.

Depuis 20 ans, Astride marche sur ses genoux. Victime de la polio à l’âge de 7ans, elle n’a plus jamais pu marcher ni se mettre debout. Comme solution, Astride a fixé sur chaque tibia de grands morceaux de pneus de voiture et se déplace ainsi à quatre pattes.

Nous avons sorti de nos stocks une chaise roulante, et cinq minutes plus tard, Astride a pu repartir assise et ainsi retrouver sa dignité. Nous étions tous émus par ce qui venait de se passer et son large sourire a été notre plus beau cadeau.

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

HI aide les familles qui fuient le Vénézuela
© HI
Urgence

HI aide les familles qui fuient le Vénézuela

La Colombie accueille plus d’un million de Vénézuéliens qui ont quitté leur pays. HI apporte une aide d’urgence à ces populations vulnérables.