Go to main content

Tang Si Qiong, des projets plein la tête

Réadaptation Urgence
Chine
Le 13 mai 2008, un tremblement de terre de force 8 sur l’échelle de Richter a frappé durement la population de la province du Sichuan (S.O. de Pékin), Dans la seule ville de Mianzhu (ville-district se trouvant à l’épicentre du sinistre), on a dénombré 2.000 morts et 4.800 blessés. Tang Si Qiong était âgée de 34 ans lors du séisme et vivait avec son mari et son fils, alors âgé de 13 ans, dans son village près des montagnes entourant la ville.
Tang Si Qiong devant l'entrée de sa maison, Chine

Le 13 mai 2008, un tremblement de terre de force 8 sur l’échelle de Richter a frappé durement la population de la province du Sichuan (S.O. de Pékin), Dans la seule ville de Mianzhu (ville-district se trouvant à l’épicentre du sinistre), on a dénombré 2.000 morts et 4.800 blessés. Très vite, les équipes de Handicap International en Chine se sont rendues sur place pour évaluer l'aide à apporter aux survivants.

Tang Si Qiong était âgée de 34 ans lors du séisme et vivait avec son mari et son fils, alors âgé de 13 ans, dans son village près des montagnes entourant la ville. Son mari travaillait -et travaille encore- à l’usine et son fils fréquente l’école.

Tang Si Qiong était fermière et en cultivant la terre, elle aidait son mari à subvenir aux besoins de la famille.
Sa maison fut détruite par le tremblement de terre et la jeune femme s’est trouvée ensevelie sous les décombres.
Blessée à la moelle épinière, elle ne peut se déplacer maintenant qu’en chaise roulante.

Elle a fait et fait toujours preuve de beaucoup de courage. En effet, après la catastrophe, elle a passé quatre mois à l’hôpital de Chengdu (chef-lieu de la province du Sichuan) où elle a subi deux opérations. Ensuite, elle est revenue à l’hôpital de Mianzhu où elle s’est consacrée pendant quatre mois à sa rééducation et a dû s’habituer à se déplacer en chaise roulante.

Entretemps, il a fallu reconstruire une maison pour la famille. Il n’a pas été possible de le faire dans son village d’origine car les conditions de vie y étaient devenues trop mauvaises et, de plus, le gouvernement préférait rebâtir des maisons regroupées plus près de la ville de Mianzhu. Le gouvernement a dédommagé la famille en leur donnant 30.000 Yuans (+/- 3.000 €) pour reconstruire une maison de plain-pied.

La jeune femme a bénéficié d'une aide et d'un soutien de Handicap International d’abord lors de ses séjours dans les hôpitaux pour les traitements médicaux et de réadaptation physique et, ensuite, pour quelques aménagements qui ont pu se faire dans sa maison grâce aux conseils de notre organisation : sanitaires et entrée adaptés et accessibles notamment. Handicap International a aussi donné 2.000 Yuans à la famille afin qu’elle puisse démarrer sa nouvelle vie.

Notre organisation a également travaillé avec l’hôpital de réadaptation de Mianzhu et mis en place avec les responsables un système de visites à domicile effectuées par des kinésithérapeutes formés sur place par des kinés belges envoyés par Handicap International. En effet, si Tang Si Qiong se rend actuellement deux fois par mois au centre de kinésithérapie, elle bénéficie aussi de ces visites à domicile.

Grâce à tous les exercices qu’elle fait, tant chez elle (sur des appareils qui lui permettent de se tenir debout) qu’au centre, Tang Si Qiong retrouve petit à petit son autonomie. Elle se déplace en chaise roulante pour rendre visite à des voisins, va au marché, au magasin, fait la cuisine et parvient aussi à se déplacer sur de très courtes distances à l’aide d’une tribune.

Tang Si Qiong fait partie d’un groupe local de soutien et d’aide, c'est-à-dire un groupe de personnes en situation de handicap qui se rencontrent et s’entraident en échangeant leurs expériences. Ses projets immédiats ? S’exercer avec son groupe d’entraide pour arriver à danser en chaise roulante et participer à différents loisirs.

Tang Si Qiong, une jeune femme courageuse, dynamique et positive, reste souriante et pleine de projets malgré son handicap.

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.

Irak : «Au fond de moi, je savais» Réadaptation Urgence

Irak : «Au fond de moi, je savais»

Abdel Rahman a été victime d’un bombardement à Mossoul. Désormais amputé d’une jambe, il vit avec sa famille dans le camp de déplacés de Hasansham. Handicap International (HI) l’accompagne.