Go to main content

Sichuan: 6 mois après le séisme

Réadaptation Urgence
Chine
Op maandag 12 mei, in de namiddag, werd de provincie Sichuan getroffen door een aardbeving met een kracht van 8 op de schaal van Richter. Dorpen en steden werden over een oppervlakte van 400 vierkante kilometer van de kaart geveegd. 100 dagen na het natuurgeweld wordt het aantal getroffen inwoners op meer dan 46 miljoen geraamd. Het officiële dodentol bedraagt 69.197; 18.238 mensen zijn nog steeds vermist. Vermoed wordt dat meer dan 20.000 van de 374.000 gerapporteerde gewonden een blijvende handicap opliepen en daardoor tegen een langdurige revalidatie aankijken.
Sichuan: 6 mois après le séisme

Handicap International était la première ONG sur place pour aider les victimes Le lundi 12 mai après-midi, la province du Sichuan a été secouée par un séisme de magnitude 8 sur l’échelle de Richter. Le tremblement de terre a rasé villes et villages sur une superficie de 400 km2. 100 jours après la catastrophe, près de 46 millions de personnes auraient été touchées par ce séisme. Les chiffrent font état de 69 197 morts et de 18 238 disparus. Parmi les 374 000 blessés, plus de 20 000 resteront handicapés à vie et auront besoin d'une réadaptation à long terme. Premier bilan après 6 mois d' action.Le lundi 12 mai après-midi, la province du Sichuan a été secouée par un séisme de magnitude 8 sur l'échelle de Richter.

Le tremblement de terre a rasé villes et villages sur une superficie de 400 km2. 100 jours après la catastrophe, près de 46 millions de personnes auraient été touchées par ce séisme. Les chiffrent font état de 69 197 morts et de 18 238
disparus. Parmi les 374 000 blessés, plus de 20 000 resteront handicapés à vie et auront besoin d' une réadaptation à long terme. Handicap International est active en Chine depuis plus de 10 ans. Dès l'annonce du séisme,
l’organisation a envoyé une équipe d' évaluation à Chengdu, la capitale du Sichuan. Cette équipe a visité les quatre principaux hôpitaux provinciaux de la ville et s’est rendue dans quelques-unes des zones les plus touchées du comté de Wenchuan, l' épicentre du séisme.

Olivier Champagne a atterri en Chine le 22 juin 2008, six semaines après que la terre ait tremblé. Physiothérapeute, il a dispensé des formations de base et suivi des patients dans deux des plus gros hôpitaux de Chengdu pendant 15 jours.D’après les premiers chiffres fournis par les hôpitaux de Chendgu, plus de 80% des blessés déjà arrivés dans les hôpitaux de Chengdu souffraient de blessures graves, telles que des fractures complexes, des lésions de la moelle épinière et des blessures à la tête, et plus de 5% devaient subir une amputation. Il était évident que interventions médicales d’urgence devraient s’accompagner de soins en réadaptation physique.

L'expérience acquise dans des contextes similaires (par exemple les récents séismes au Pakistan et en Iran) nous a en effet appris que l'apport d'un soutien approprié en réadaptation après l'intervention chirurgicale minimise les complications et réduit les risques de handicap permanent.Handicap International a donc collaboré avec deux des principaux hôpitaux de référence de Chengdu, à savoir le West China Hospital (WCH) et le Chengdu Municipal number 3 Hospital (N3H), pour offrir des formations en kinésithérapie, fournir du matériel de réadaptation et apporter des soins directs aux victimes. Des experts de Handicap International ont assuré plusieurs formations pour le personnel médical et ont organisé des sessions de sensibilisation et d' information destinées à la communauté dans son ensemble. Les deux hôpitaux ont également pu compter sur l'ONG pour fournir du matériel et différents appareils. La qualité des soins dispensés à des centaines de patients grâce à cette bonne collaboration a établi les fondements d'un partenariat efficace avec les deux principaux hôpitaux de référence de la région. Après l’évaluation de la première étape du projet, décrite ci-dessus, et après estimation des besoins futurs, Handicap International a décidé de continuer à apporter son aide aux victimes durant quatre mois supplémentaire, dans la période de post-urgence.

Une fois cette période écoulée, l'intervention de Handicap International passera alors d'une approche centrée sur les institutions à une approche plus sociale et communautaire. Handicap International souhaite continuer à offrir une formation en kinésithérapie et fournir des traitements de kinésithérapie basés sur l' expérience acquise au cours de la première étape du projet afin de tirer profit des recommandations et des protocoles.Six mois après le tremblement de terre, énormément de personnes vivent encore dans des camps provisoires, en attendant la reconstruction de leurs villages. L'organisation apportera dès lors son soutien à la création de postes de réadaptation dans les camps de personnes déplacées au sein du pays afin de permettre aux personnes en situation de handicap de bénéficier d'un accès plus aisé aux différents services de réadaptation et être tenues informées des différents services proposés.

L'objectif est aussi de renforcer l'implication de la communauté dans l’aide apportée à ces personnes. Il est important de pouvoir soulager ces personnes dans leurs activités quotidiennes et d’améliorer leur qualité de vie tant sur le plan physique que psychologique.Handicap International apportera aussi son soutien à la création d'activités de réadaptation au sein des différentes communautés dans les régions touchées. Ces activités entendent favoriser la réadaptation et l’inclusion de personnes avec un handicap grâce à la mise en place d'une approche intégrée au niveau communautaire leur assurant l'accès à la santé, à l'enseignement et aux autres services sociaux et économiques. L' objectif sera aussi de sensibiliser tous les acteurs au niveau local et administratif.

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

HI aide les familles qui fuient le Vénézuela
© HI
Urgence

HI aide les familles qui fuient le Vénézuela

La Colombie accueille plus d’un million de Vénézuéliens qui ont quitté leur pays. HI apporte une aide d’urgence à ces populations vulnérables.