Go to main content

Sans nouvelles d'une partie du personnel

Urgence
Haïti
Les 5 expatriés présents sur place sont sains et sauf mais choqués. Ils dorment dehors par crainte de nouvelles répliques et décrivent une situation chaotique. C'est l'inquiétude en ce qui concerne la centaine de Haïtiens de l'équipe de Handicap International, dont nous restons pour la plupart sans nouvelles.

Les 5 expatriés présents sur place sont sains et sauf mais choqués. Ils dorment dehors par crainte de nouvelles répliques et décrivent une situation chaotique. C'est l'inquiétude en ce qui concerne la centaine de Haïtiens de l'équipe de Handicap International, dont nous restons pour la plupart sans nouvelles.
 
Il était une heure du matin à Lyon quand le chef de mission de Handicap International présent à Port-au-Prince a contacté Hélène, responsable des programmes d'urgence au siège, par téléphone satellite. Il a décrit une situation catastrophique, partout des bâtiments effondrés, des stations service en feu, des scènes de pillages. Les voies de communication étaient coupées, il était impossible de circuler autrement qu'à pied.

Plus de 36 heures après le tremblement de terre, la situation demeure alarmante, puisque les secousses ont détruit de très nombreux hôpitaux et bâtiments de la capitale haïtienne. Les membres de l'équipe expatriée de Handicap International sont logés à la même enseigne que la plupart des habitants. Tout le monde dort en plein air, seule solution pour ne pas risquer d'être ensevelis en cas de nouvelle réplique importante. La nourriture et l'eau manquent partout. Seuls les téléphones satellites sont opérationnels à Port-au-Prince. Les voies de communications sont coupées, les rues et les routes sont encombrées, jonchées de gravats. Les rescapés cherchent leurs proches dans une ambiance de chaos. L'équipe expatriée de Handicap International n'a eu des nouvelles que de quelques rares collègues haïtiens sur la centaine qui composent d'ordinaire l'effectif de l'association à Haïti.

Les 5 expatriés présents sur place sont sains et sauf mais choqués. Ils dorment dehors par crainte de nouvelles répliques et décrivent une situation chaotique. C'est l'inquiétude en ce qui concerne la centaine de Haïtiens de l'équipe de Handicap International, dont nous restons pour la plupart sans nouvelles.



 

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

HI aide les familles qui fuient le Vénézuela
© HI
Urgence

HI aide les familles qui fuient le Vénézuela

La Colombie accueille plus d’un million de Vénézuéliens qui ont quitté leur pays. HI apporte une aide d’urgence à ces populations vulnérables.

Irak : «Au fond de moi, je savais» Réadaptation Urgence

Irak : «Au fond de moi, je savais»

Abdel Rahman a été victime d’un bombardement à Mossoul. Désormais amputé d’une jambe, il vit avec sa famille dans le camp de déplacés de Hasansham. Handicap International (HI) l’accompagne.