Go to main content

Roksana, envers et contre tout !

Insertion Réadaptation Santé
Bangladesh
La résilience, c’est la force de rebondir malgré les épreuves. Roksana possède cette force. A 42 ans, elle a déjà affronté bien des épreuves. Gravement blessée après avoir été victime d’un accident de la route, elle a reçu de l’aide de Handicap International.
Roksana assise au fond de sa boutique. Des petits sachets de marchandises colorés pendent à une corde.

La résilience, c’est la force de rebondir malgré les épreuves. Roksana possède cette force. A 42 ans, elle a déjà affronté bien des épreuves, dont elle s'est chaque fois relevée. Gravement blessée après avoir été victime d’un accident de la route, elle a reçu de l’aide de Handicap International.

Roksana Begum, 42 ans, est née dans une famille pauvre de Sylhet (Nord-est du Bangladesh). Elle est l'aînée d’une famille de neuf enfants (sept sœurs et un frère). Aujourd’hui, elle vit avec ses sept enfants dans l’upazila de Sitakunda (circonscription administrative) situé dans le district de Chittagong, dans le Sud.

Mariée à 14 ans à un Pakistanais, elle s'est retrouvée seule à peine quatre mois plus tard : son mari l'a quittée pour repartir vivre au Pakistan. La jeune fille travaille alors comme servante durant plusieurs années.

Huit ans plus tard, elle rencontre son deuxième mari, un Pakistanais de 50 ans, avec qui elle aura quatre filles et trois garçons. Après un grave accident de travail, il décède, laissant seule Roksana avec ses enfants. Roksana doit alors vivre chez un parent et devient « marieuse ». Malheureusement, ses revenus ne suffisent pas à nourrir toute la famille et ses enfants sont obligés de travailler.

En 2010, sa vie bascule. Roksana est victime d’un accident de la route. Elle souffre de blessures au dos et aux jambes qui la clouent au lit. Elle devient totalement dépendante de sa famille pour toutes les activités quotidiennes, comme manger et se laver.

Toujours l'espoir d'une vie meilleure

En 2012, elle est identifiée par l'un des agents de Handicap International qui la met en relation avec un kinésithérapeute qualifié. Ce dernier lui fournit de nombreux conseils pour améliorer son quotidien et lui prescrit des exercices de kinésithérapie. Grâce aux séances de kinésithérapie à domicile, son état de santé s’améliore semaine après semaine. Elle peut désormais s’asseoir, se lever et marcher avec des béquilles.

En même temps, un agent d’insertion professionnelle définit un projet avec elle. Elle souhaite démarrer un petit négoce de Chot-Poti, un plat populaire bangladais, mais le projet ne voit pas le jour, car cette activité l’éloignerait trop de sa maison. Toujours avec l’agent de Handicap International, elle change alors ses plans. Elle décide de monter une petite épicerie et une échoppe de thé près de son domicile. Ce commerce représente est une véritable chance pour elle et sa famille. Et pour bien lancer sa nouvelle activité, Roksana est formée à la gestion et a bénéficié d’un capital pour démarrer son affaire.

Aujourd'hui, petit à petit, ses revenus augmentent. La courageuse Roksana est désormais en mesure d'envoyer deux de ses enfants à l’école. Elle prévoit même d'ouvrir un compte bancaire pour se donner une sécurité financière, au cas où...

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.