Go to main content

Rendre des terres aux habitants : «Un moment de joie»

Camille Aubourg, directrice des projets de Handicap International au Liban, explique le fonctionnement des projets de déminage.
une oliveraie

Camille Aubourg est Directrice du programme Liban depuis mai 2011.

Comment Handicap International intervient-elle au Liban ?

Handicap International est implantée au Liban depuis 1992. Suite au conflit armé de 2006 nous avons mené des opérations de déminage humanitaire au sud du pays dès 2007, puis dans un camp de refugiés palestiniens situé au Nord Liban jusqu’en 2010. Actuellement, Handicap International est la seule ONG de déminage à travailler au Nord Liban. Basé dans la Région de Batroun, notre programme se compose de deux équipes de déminage et d’une équipe de soutien administratif et logistique travaillant sous la supervision d’un chef des opérations et d’un directeur de programme expatriés. Handicap International a formé et équipé une douzaine de démineurs libanais à la fin de l’année 2010, qui sont opérationnels depuis janvier 2011. Ils sont actuellement déployés sur un terrain qui comprend un grand nombre d’oliviers. Les populations locales espèrent pouvoir récolter à nouveau les olives pour la préparation et la vente d’huile une fois le terrain nettoyé !

Comment s’organise les activités de déminage ?

La journée des démineurs commencent des 5h30 su matin avec un rappel des consignes de sécurité par le chef des opérations. Deux infirmiers font également partie de l’équipe et sont prêt à intervenir en cas d’accident. A 6h les équipes sont déjà sur le terrain, équipées et prêtes à démarrer le nettoyage ! Les démineurs travaillent manuellement à l’aide de détecteurs de métaux. Nous ne sommes pas en mesure d’utiliser des machines car l’environnement est trop montagneux, de même la végétation très dense nous empêche d’avoir recours aux chiens pour nous aider dans notre travail. Actuellement nos 12 démineurs nettoient entre 3000 et 4000 mètres carrés par mois de terre contaminée. C’est une très bonne productivité compte tenu de la chaleur en cette saison, de la végétation très dense et du relief escarpé. Il faut parfois des journées entières de travail de préparation du terrain pour pouvoir accéder aux zones suspectes. Les mines que nous trouvons dans notre région d’intervention datent en effet de la guerre civile du Liban (1975-1990) et rendent certaines zones dangereuses et inaccessibles depuis parfois plus de 30 ans !

Quels sont les résultats de ces activités ?

A ce jour 2 420 personnes ont directement bénéficié de nos actions, six terrains ont été dépollués et rendus aux populations. Chaque restitution de terre et un moment de joie pour nos équipes et pour les habitants de la région ! A ce jour, quinze engins dangereux (dont des mines antipersonnel et anti-char) ont été retirés du sol et détruits. Les populations locales nous soutiennent dans ce travail qu’ils jugent indispensable. Les opérations de déminage humanitaire menées par Handicap International permettent en effet le développement de nouvelles activités socio-économiques qui bénéficient aux habitants de la région. La récente dépollution des terres contaminées a ainsi permis de lancer des travaux de reconstruction et de réhabilitation d’infrastructures, tels que l’élargissement d’une route, la réparation d’un pont et l’amélioration du réseau électrique local. Notre but est de contribuer à atteindre l’objectif fixé par les autorités libanaises qui est de déminer l’ensemble du pays à l’horizon 2015.

Propos recueillis le 9 septembre 2011

Pour aller plus loin

Téléphone en panne

Téléphone en panne

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. Nous mettons tout en oeuvre pour réparer la panne. En attendant, n'hésitez pas à nous envoyer un courriel à l'adresse info@belgium.hi.org

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. 

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.