Go to main content

Ramesh : un courage immense !

Insertion Réadaptation
Népal
25 avril 2015, la terre tremble au Népal. Ramesh, 18 ans, se retrouve prisonnier des décombres. Il perd ses deux jambes. Après avoir suivi des séances de réadaptation et reçu des prothèses avec le soutien de Handicap International (HI), il remarche et s’entraine pour les jeux Paralympiques. Un parcours exemplaire, mais pas sans difficultés.
Ramesh, un jeune homme double amputé, avance dans une rue assis dans sa chaise roulante

25 avril 2015, la terre tremble au Népal. Ramesh, 18 ans, se retrouve prisonnier des décombres. Il perd ses deux jambes. Après avoir suivi des séances de réadaptation et reçu des prothèses avec le soutien de Handicap International (HI), il remarche et s’entraine pour les jeux Paralympiques. Un parcours exemplaire, mais pas sans difficultés.

 « Je travaillais dans un petit hôtel, j’avais fini ma journée. La terre a tremblé, tout s’est effondré. Deux personnes sont mortes là où je me trouvais. Je me suis retrouvé écrasé sous les pierres. Je suis resté là au moins une heure, conscient, dans la douleur ». Ramesh est amputé des deux jambes, le choc est immense : « Avant, je rêvais de pouvoir tout faire. Je voulais devenir quelqu’un de bien. Après l’accident, je me suis dit que je ne pouvais plus rien espérer.»

Il suit rapidement des séances de réadaptation avec HI : « Ramesh a dû effectuer de nombreux exercices pour assouplir ses articulations et renforcer les muscles de sa jambe. C’était nécessaire pour pouvoir fixer sa prothèse, et pour qu’il puisse l’utiliser », explique Sunil Pokhrel, kinésithérapeute pour HI. Ramesh reçoit une chaise roulante et deux prothèses, et réapprend progressivement à marcher.

Objectif jeux Paralympiques

Trois ans plus tard, Ramesh est toujours suivi par l’association. « J’ai traversé une période de dépression très profonde. Après l’accident, je me suis retrouvé très seul. Heureusement, grâce à HI, aujourd’hui, je peux remarcher. J’ai découvert le sport. Une thérapie. Surtout ne pas penser. Aujourd’hui, je fais 1h30 de musculation tous les matins avant l’école, et je nage tous les après-midi. Je joue au tennis et au basket le week-end. On m’a dit que je ne savais pas danser : je me suis entrainé, et j’ai gagné le concours de danse « Differently able idol ». J’ai déjà reçu 22 médailles. Mon nouvel objectif : participer aux jeux Paralympiques de 2020. Mais le chemin est laborieux, j’ai besoin d’un coach sportif qui m’accompagne et qui m’entraine. J’ai besoin d’équipements, et je n’ai pas les moyens. Je me sens très démuni. »

Soutien de famille

Ramesh a également repris l’école, après sept années d’interruption. « Je suis l’aîné de la famille. L’argent que je gagne lors de mes compétitions sportives, je dois le donner à mes parents et à mes frères et sœurs, qui vivent dans des conditions difficiles, loin d’ici. J’ai repris des études car je veux avoir un travail et m’en sortir.»

Un courage immense et une volonté de fer pour cet homme qui effectue plus de 20 heures de sport par semaine.

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.