Go to main content

Prothèse 3D : des avancées technologiques prometteuses

Réadaptation
Syrie Togo
Handicap International a toujours cherché à innover pour le bien-être de ses bénéficiaires. Alors que la technologie de l'impression 3D est en plein développement, nos experts techniques ne pouvaient que s'intéresser à cette évolution pour améliorer la qualité des prothèses. Une première phase d'essai vient de s'achever, avec des résultats prometteurs.

Handicap International a toujours cherché à innover pour le bien-être de ses bénéficiaires. Alors que la technologie de l'impression 3D est en plein développement, nos experts techniques ne pouvaient que s'intéresser à cette évolution pour améliorer la qualité des prothèses. Une première phase d'essai vient de s'achever, avec des résultats prometteurs.

Dans de nombreux pays à faibles revenus, seulement entre 5%  et 15%[1] des personnes ayant besoin d'un appareillage orthopédique, notamment des prothèses, peuvent en bénéficier réellement. Dans des zones éloignées ou dangereuses, les médecins spécialisés sont rares et le matériel est coûteux. Des prothèses mal conçues ou mal ajustées peuvent causer des lésions cutanées, des escarres et une fatigue musculaire, rendant inconfortable la vie courante du patient.

Un essai dans trois pays

Handicap International a testé la technologie de l'impression 3D au Togo, à Madagascar et en Syrie en vue de résoudre ces problèmes. La méthode d'essai utilise un scanner 3D petit et léger pour créer un moule numérique du membre amputé. Ce moule peut ensuite être adapté aux besoins du patient à l’aide d'un logiciel de modélisation numérique avant d’être envoyé à une imprimante 3D dédiée. L’imprimante crée des milliers de couches de thermoplastique pour fabriquer une emboîture sur mesure qui correspond parfaitement à la forme du membre amputé du patient.

Dix-neuf bénéficiaires ont été impliqués dans cette première phase d'essai. Les conclusions préliminaires démontrent que les prothèses 3D sont une alternative sûre et efficace aux prothèses actuelles. Ce processus permet aux médecins de gagner du temps,  et une meilleure implication du patient. Les scanners portatifs sont relativement simples d’utilisation. Handicap International espère donc pouvoir traiter des patients dans les zones éloignées ou dangereuses.

Isabelle Urseau, responsable du service de réadaptation chez Handicap International pense à l’avenir : « Forts de notre expérience, nous allons mener une étude à grande échelle pour traiter davantage de patients dans plusieurs régions du monde. L'impression 3D ne remplacera jamais totalement les méthodes actuelles, mais elle pourra être un excellent complément dans certains cas. »

Le projet est un partenariat entre Handicap International, l’Université de Strathclyde et les entreprises ProsFit Technologies et Proteor SAS.

[1] Source : Les technologies d’appareillage pour les populations âgées dans six pays à faibles et moyens revenus : un examen systématique, (septembre 2015)

 

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.