Go to main content

Philippines : la situation reste alarmante pour les plus vulnérables

Le typhon Bopha (Pablo), dernier en date, a frappé le sud des Philippines les 4 et 5 décembre dernier, laissant derrière lui un nombre important plus de 1 100 morts, plus de 800 disparus et près de 3 000 blessés . Handicap International a déjà pu distribuer des kits hygiènes et abris temporaires ainsi que des aides spécifiques à 320 familles dont 141 comptent une personne handicapée.

Le typhon Bopha (Pablo), dernier en date, a frappé le sud des Philippines les 4 et 5 décembre dernier, laissant derrière lui un nombre important plus de 1 100 morts, plus de 800 disparus et près de 3 000 blessés . Handicap International a déjà pu distribuer des kits hygiènes et abris temporaires ainsi que des aides spécifiques à 320 familles dont 141 comptent une personne handicapée.

Plus de deux mois après le typhon qui a frappé le sud des Philippines la situation reste alarmante pour les familles vulnérables , certaines n’ayant pas encore reçu d’aide humanitaire et d’autres souffrant de maladies chroniques. Handicap International a donc décidé d’engager des actions supplémentaires, après avoir dans un premier temps distribué des kits d’hygiène et fournis des abris temporaires au profit de familles très fragilisées. L’association lance un nouveau projet pour couvrir les besoins plus spécifiques de 2500 personnes très vulnérables dans la vallée de Compostella dans le sud de l’archipel. Les équipes de Handicap International vont s’assurer que ces personnes auront accès à des soins médicaux.

Un soutien actif aux personnes handicapées.

Christine, adolescente de 14 ans souffrant d’une incapacité motrice cérébrale a été suivie par des spécialistes de Handicap International et a reçu un fauteuil roulant qui va lui permettre de se déplacer. « Je suis heureuse que ma nièce ait reçu ce fauteuil. Je n'aurai plus mal au dos, car je n'aurai plus à la transporter sur moi », se réjouit Elizabeth, la tante de Christine.
Aux Philippines, le personnel qualifié pour prendre en charge les personnes souffrant d’un handicap fait défaut et ceci d’autant plus après une catastrophe naturelle de cette ampleur. Les moyens de subsistance des habitants sont réduits du fait de la destruction des champs de cultures vivrières et de l’isolement de certains villages qui sont donc privés d’accès à l’aide humanitaire. Pour Handicap International, le suivi de Christine et son appareillage par des spécialistes prend ici tout son sens.

Des équipes médicales mobiles pour soigner les plus isolés.

« Dans la situation actuelle, si les personnes les plus fragiles ne reçoivent pas une attention particulière, elles seront en très grand danger. Il est essentiel de les accompagner, et de s’assurer qu’elles puissent trouver des réponses à leurs besoins de base (pouvoir manger, se laver, se loger…) , accéder à des soins, et à un soutien psychologique lorsque cela est nécessaire », témoigne Catherine Vasseur, directrice de Handicap International aux Philippines. Aux 2 500 personnes très vulnérables, bénéficiant de soins adaptés, s’ajoutent 450 consultations de soutien psychologique et la sensibilisation de 150 membres d’organisations humanitaires la prise en compte des personnes vulnérables dans la réponse aux catastrophes naturelles. Ces soins médicaux vont être prodigués par trois équipes mobiles de Handicap International déployées dans la vallée de Compostella pour rencontrer les personnes les plus isolées et démunies.

Le travail de l’association consiste aussi à former du personnel local aux interventions d’urgence, aux mesures de réduction des risques liés aux catastrophes naturelles et aux besoins spécifiques des personnes handicapées. Handicap International est présente aux Philippines depuis 1985 avec l’ouverture d’une quinzaine de formations orthopédiques.
 

Pour aller plus loin

Téléphone en panne

Téléphone en panne

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. Nous mettons tout en oeuvre pour réparer la panne. En attendant, n'hésitez pas à nous envoyer un courriel à l'adresse info@belgium.hi.org

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. 

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.