Go to main content

«Partout, les bombes nous ont suivis»

Mines et autres armes
Liban Syrie
"Everywhere the bombing followed us" - "Partout les bombes nous ont suivis", c'est à la fois le titre du dernier rapport de Handicap International sur les conséquences de l'utilisation des armes explosives en zones peuplées en Syrie, et le cri de désespoir d'une des femmes interrogées pour rédiger ce rapport. Reposant sur le témoignage de 205 Syriens réfugiés au Liban, "Everywhere the bombing followed us" met en évidence les déplacements forcés multiples provoqués par les bombardements et leurs répercussions dévastatrices pour les populations qui en sont victimes.
Une femme assise sur son lit, elle se cache le visage de sa main droite

"Everywhere the bombing follewed us" - "Partout les bombes nous ont suivis", c'est à la fois le titre du dernier rapport de Handicap International sur les conséquences de l'utilisation des armes explosives en zones peuplées en Syrie, et le cri de désespoir d'une des femmes interrogées pour rédiger ce rapport. Reposant sur le témoignage de 205 Syriens réfugiés au Liban, "Everywhere the bombing followed us" met en évidence les déplacements forcés multiples provoqués par les bombardements et leurs répercussions dévastatrices pour les populations qui en sont victimes.

Selon le rapport, près de la moitié des personnes interviewées ont fui dans un premier temps à l’intérieur de la Syrie avant de fuir au Liban. Plus de la moitié des personnes ont été forcées de se déplacer plusieurs fois avant de trouver un refuge sûr au Liban : elles se sont déplacées en moyenne trois fois à l’intérieur de leur ville de résidence pour échapper aux bombardements (certains jusqu’à dix fois), puis, pour 133 d’entre elles, 1 à 3 fois dans différentes villes du pays avant de se résoudre à trouver refuge au Liban.

"C’est la peur d’être tué ou blessé par les bombardements qui pousse en premier lieu les Syriens à fuir alors que les bombardements indiscriminés sont devenus la règle dans le conflit en Syrie", affirme Alma Al-Osta, chargée de plaidoyer sur la violence armée à Handicap International." Les Syriens ne fuient jamais directement du point A ou point B. Leurs chemins sont multiples, suivant des détours compliqués. Ces déplacements forcés peuvent s’effectuer sur une longue période, allant jusqu’à plusieurs mois, ce qui ajoute à l’immense détresse des individus. »

Condamnés à la pauvreté

Perte du domicile, des sources de revenus, appauvrissement brutal, perte des repères liée aux déplacements forcés, déscolarisation des enfants, dépendance nouvelle en l’aide caritative…, en mettant en lumière les conséquences dramatiques des bombardements massifs pour les Syriens, le rapport souligne le fort sentiment de perte de dignité exprimé par les personnes interviewées. 90 % des Syriens réfugiés au Liban interviewés dans le cadre du rapport ont eu leurs maisons ou leurs moyens de subsistance détruits par l’utilisation des armes explosives.

« L’utilisation massive d’armes explosives en zones peuplées dans le conflit syrien a réduit une population entière à la misère, affirme Alma Al-Osta. Plus de la moitié des Syriens sont réfugiés ou déplacés à l’intérieur du pays. Ces déplacements forcés s’accompagnent de la perte du domicile, des biens personnels, des sources de revenus… Les familles qui ont fui se retrouvent dans le dénuement le plus total. Les Etats doivent prendre conscience du désastre humanitaire durable que provoque l’utilisation des armes explosives en zones peuplées.»

Les femmes particulièrement touchées

L’étude montre également que les destructions provoquées par les bombardements ont un impact spécifique sur les femmes, se traduisant par :

  • une plus grande vulnérabilité face au chaos social engendré ces bombardements,
  • l’effondrement de leurs moyens de défense de leur intégrité physique,
  • une plus grande vulnérabilité aux actes criminels

 Handicap International appelle la communauté internationale à mettre fin à l'utilisation d'armes explosives à large effet de zone en zones peuplées. La protection et l'accès à l'assistance humanitaire doivent être garantis pour toutes les personnes touchées par la crise, y compris les femmes, les personnes blessées, les personnes handicapées et les personnes les plus vulnérables.

Vous pouvez nous aider à exiger une meilleure protection des civils lors des conflits en signant notre pétition "Stop aux bombes"

 

 

Pour aller plus loin

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… » Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Violences entre Gaza et Israël : les armes explosives provoquent de graves blessures invalidantes Mines et autres armes Réadaptation

Violences entre Gaza et Israël : les armes explosives provoquent de graves blessures invalidantes

Plus de trente personnes ont été tuées lors d’échanges de tirs de roquettes et de bombardements entre Gaza et Israël pendant le week-end. A Gaza, cette escalade de la violence pourrait engendrer un nouveau flot de blessés et ce, alors que les services chirurgicaux et de rééducation sont déjà débordés.  

«Faites entendre la voix des habitants de la Ghouta orientale !» Mines et autres armes Urgence

«Faites entendre la voix des habitants de la Ghouta orientale !»

Handicap International condamne les bombardements sans répit du quartier assiégé de la Ghouta orientale. L’augmentation des bombardements dans le quartier assiégé de la Ghouta orientale ces dernières 72 heures a causé plus de 200 morts parmi la population civile et des dommages importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où la population tente de trouver refug