Go to main content

Nyirarukundo Dokoreremana (31 ans)

République démocratique du Congo
 Après son accident, Nyirarukundo a été abandonnée par son mari. Elle est allée habiter dans un camp. Handicap International veillera à ce que son œil soit opéré pour qu’elle ne devienne pas aveugle.

Après son accident, Nyirarukundo a été abandonnée par son mari. Elle est allée habiter dans un camp. Handicap International veillera à ce que son œil soit opéré pour qu’elle ne devienne pas aveugle.

Il est dix heures du soir. Nyirarukondo, femme d'un rebelle Maï-Maï, est seule à la maison. Elle est en train de faire le ménage lorsqu'elle entend que quelqu'un vient d'entrer. Avant qu'elle ait pu se retourner, elle reçoit une balle qui lui traverse la tête après avoir pénétré par l'orbite de son œil. Nyirarukondo est laissée pour morte. Le lendemain matin, quelqu'un la trouve et la transporte à l'hôpital. Ce n'est qu'après deux semaines qu'elle reprend conscience. 

Son mari ne vient pas la rechercher à l'hôpital. Elle ne le reverra d'ailleurs plus jamais. Elle est totalement seule. Elle n'a jamais pu donner naissance à des enfants car chaque grossesse donnait lieu à une fausse couche. Son frère habite trop loin de là. Nyirarukondo est alors allée habiter au camp de personnes déplacées de Masisi. Depuis, elle a un nouvel ami. Dans ce camp, l’un et l’autre s'entraident.
Il y a deux ans, Médecins sans Frontières a opéré son œil et l'a refermé pour prévenir les infections. Mais la plaie s'est rouverte. Handicap International l'a conduite à Goma. L’association financera les soins, elle veillera à ce que Nyirarukondo soit réopérée et qu'elle reçoive les soins post-opératoires requis. Nyirarukondo reçoit également un kit d’hygiène et le nécessaire pour se lancer dans un petit commerce d'huile de palme.
 

Pour aller plus loin

« La pauvreté est là. La misère est totale. » Urgence

« La pauvreté est là. La misère est totale. »

La crise du Kasaï, en République démocratique du Congo, dure depuis plus d’un an. Elle affecte plus de 2 millions de personnes et ne fait qu’empirer. Bakary Traoré coordonne les différentes actions de HI sur le terrain. Il explique la gravité de la situation.
Accoucher en toute sécurité à Bumbu Prévention Santé

Accoucher en toute sécurité à Bumbu

Au Congo, une maman sur 137 décède pendant l’accouchement. En Belgique, ce chiffre est de 1 pour 16.600. Pourtant, il est relativement simple de faire baisser ce chiffre. La preuve est faite au centre médical de Bumbu, où Handicap International donne des formations et du matériel depuis plusieurs années déjà. « Depuis le mois de janvier, aucune maman n’est morte ici. »

« Le handicap, ce n’est pas dans la tête » Insertion

« Le handicap, ce n’est pas dans la tête »

Eugénie Kabeya est créatrice de mode et l’une des coutières les plus fréquentées de Kinshasa. Installée à Bandalungwa, l’une des 24 communes de la capitale, cette femme dynamique de 40 ans, handicapée depuis l’âge de cinq ans suite à une polio, assume seule la charge des six personnes qui partagent son domicile. Quatre générations se mêlent dans cet atelier du cœur de Kinshasa.