Go to main content

Ngiko Nsebibanza (35 ans)

République démocratique du Congo
Ngiko est persuadé que ses douleurs disparaîtront lorsque la balle qui a touché sa poitrine lui aura été enlevée. L’opération étant impossible, Ngiko devra apprendre à vivre avec cette balle, avec le soutien de Handicap International.

Ngiko est persuadé que ses douleurs disparaîtront lorsque la balle qui a touché sa poitrine lui aura été enlevée. L’opération étant impossible, Ngiko devra apprendre à vivre avec cette balle, avec le soutien de Handicap International.

Comme tout le monde, Ngiko tente de se réfugier dans sa maison lorsqu'en 2007, un groupe de rebelles attaque son village et le bombarde. L'attaque est brève, mais violente. Ngiko est blessé. Une balle l’atteint à proximité des poumons et des éclats de grenade lui criblent tout le corps.

Cinq ans plus tard, la balle est toujours là, elle demeure pour lui une menace permanente, car il reste persuadé que tous ses maux disparaîtront lorsque la balle aura été extraite. Mais cette opération comporterait des risques et les médecins refusent de l'effectuer. Ngiko continue de ressentir des douleurs à une main, il parvient à peine à en bouger les doigts. Handicap International l'a donc conduit au centre de réadaptation à Goma où il peut recevoir des soins de kinésithérapie.

Avant l’attaque durant laquelle il a été blessé, il était agriculteur. A présent, il parvient à peine à travailler et c'est sa femme qui doit subvenir aux besoins de leurs six enfants âgés de 6 à 12 ans. Pour l’aider, Handicap International a donné à sa famille un kit permettant d’équiper sa maison et de quoi démarrer une activité commerciale . Cela le remplit d'espoir.

Il reste vrai que les enfants ont encore toujours très peur que la violence revienne. En particulier, lorsqu'ils voient que leur père a mal, ils reparlent de ce jour où leur village a été attaqué. Ils espèrent que la guerre ne reviendra plus jamais. Cependant, au moment où Ngiko séjourne à l'hôpital (été 2012), on rapporte que de nouveaux troubles sévissent dans la région de Rutshuru
 

Pour aller plus loin

« La pauvreté est là. La misère est totale. » Urgence

« La pauvreté est là. La misère est totale. »

La crise du Kasaï, en République démocratique du Congo, dure depuis plus d’un an. Elle affecte plus de 2 millions de personnes et ne fait qu’empirer. Bakary Traoré coordonne les différentes actions de HI sur le terrain. Il explique la gravité de la situation.
Accoucher en toute sécurité à Bumbu Prévention Santé

Accoucher en toute sécurité à Bumbu

Au Congo, une maman sur 137 décède pendant l’accouchement. En Belgique, ce chiffre est de 1 pour 16.600. Pourtant, il est relativement simple de faire baisser ce chiffre. La preuve est faite au centre médical de Bumbu, où Handicap International donne des formations et du matériel depuis plusieurs années déjà. « Depuis le mois de janvier, aucune maman n’est morte ici. »

« Le handicap, ce n’est pas dans la tête » Insertion

« Le handicap, ce n’est pas dans la tête »

Eugénie Kabeya est créatrice de mode et l’une des coutières les plus fréquentées de Kinshasa. Installée à Bandalungwa, l’une des 24 communes de la capitale, cette femme dynamique de 40 ans, handicapée depuis l’âge de cinq ans suite à une polio, assume seule la charge des six personnes qui partagent son domicile. Quatre générations se mêlent dans cet atelier du cœur de Kinshasa.