Go to main content

N’Degeya Birushabagabo (8 ans)

République démocratique du Congo
N’Degeya a déjà oublié ce qu'était sa vie avant le camp de réfugiés. A moitié aveugle, avec sa famille, elle tente de survivre. Et pour cela, il y a les petits cochons d’Inde.

N’Degeya a déjà oublié ce qu'était sa vie avant le camp de réfugiés. A moitié aveugle, avec sa famille, elle tente de survivre. Et pour cela, il y a les petits cochons d’Inde.

A l'âge d'un an, N'Degeya a contracté une maladie et a perdu l’usage d’un oeil. La petite fille a cinq frères et soeurs. Avec leurs parents, cela fait cinq ans qu'ils vivent au camp de personnes déplacées de Kalinga, dans une petite cabane de deux pièces seulement. Dans l'espace arrière se trouvent des matelas, à l'avant, se trouve un petit banc. Pendant que la mère et les autres enfants travaillent aux champs,

N'Degeya et son père veillent sur la maison. C'est nécessaire, car sans cela le peu qu'ils possèdent risque d'être volé. En particulier leur bien le plus précieux : une famille nombreuse de cochons d’Inde qui habite aussi dans leur cabane. Ils les élèvent pour les manger, afin que les enfants ne souffrent pas de sous-alimentation.

N'Degeya a toujours habité dans ce camp. Elle n'a que quelques vagues souvenirs de sa vie antérieure, dans leur village de Buguri, où les rebelles ont cruellement sévi. Au cours des combats, son père a perdu son ex-femme et trois enfants qu'il avait eus avec elle. Et la région n'est toujours pas sûre. Cette famille de huit personnes sera donc bien forcée de continuer à habiter quelque temps encore sur la colline dans ce camp, où elle est suivie par des équipes de Handicap International.
 

Pour aller plus loin

« La pauvreté est là. La misère est totale. » Urgence

« La pauvreté est là. La misère est totale. »

La crise du Kasaï, en République démocratique du Congo, dure depuis plus d’un an. Elle affecte plus de 2 millions de personnes et ne fait qu’empirer. Bakary Traoré coordonne les différentes actions de HI sur le terrain. Il explique la gravité de la situation.
Accoucher en toute sécurité à Bumbu Prévention Santé

Accoucher en toute sécurité à Bumbu

Au Congo, une maman sur 137 décède pendant l’accouchement. En Belgique, ce chiffre est de 1 pour 16.600. Pourtant, il est relativement simple de faire baisser ce chiffre. La preuve est faite au centre médical de Bumbu, où Handicap International donne des formations et du matériel depuis plusieurs années déjà. « Depuis le mois de janvier, aucune maman n’est morte ici. »

« Le handicap, ce n’est pas dans la tête » Insertion

« Le handicap, ce n’est pas dans la tête »

Eugénie Kabeya est créatrice de mode et l’une des coutières les plus fréquentées de Kinshasa. Installée à Bandalungwa, l’une des 24 communes de la capitale, cette femme dynamique de 40 ans, handicapée depuis l’âge de cinq ans suite à une polio, assume seule la charge des six personnes qui partagent son domicile. Quatre générations se mêlent dans cet atelier du cœur de Kinshasa.