Go to main content

Muhindo Binyuke (44 ans)

République démocratique du Congo
Muhindo se qualifie lui-même « d'homme le plus heureux du monde ». Grâce à sa prothèse et à l'élevage de chèvres qu'il va créer, il espère enfin retrouver une femme et se remarier.

Muhindo se qualifie lui-même « d'homme le plus heureux du monde ». Grâce à sa prothèse et à l'élevage de chèvres qu'il va créer, il espère enfin retrouver une femme et se remarier.

2006. Comme chaque jour, Muhindo se rend aux champs en compagnie de son meilleur ami pour y travailler. Ils ne savaient pas que la parcelle de terrain qu’ils cultivent est minée.  C'est Muhindo qui marche sur une mine. Sa jambe est arrachée. Son ami ne survit pas à l'explosion. 

Pendant le mois que Muhindo passe à l'hôpital, ses deux enfants utilisent les denrées de son petit commerce pour se nourrir. Ils n’ont pas d’autre solution, leur mère étant décédée en accouchant d'un troisième enfant, ils se retrouvent seuls.

Muhindo (sur)vit alors au jour le jour. De temps en temps, il recevait de l'aide de ses voisins qui lui permettait de subsister avec sa fille de douze ans et son petit enfant d'un an. Si les voisins arrivaient à payer les frais de scolarité de sa fille, il ne possédait presque rien. Il n'y avait même pas un matelas dans sa maison.

Sa plus grande inquiétude était de ne pas pouvoir se remarier car il ne disposait pas de l'argent nécessaire. Pour se marier, il faut en effet pouvoir donner quatorze chèvres ou six cents dollars, et il ne les avait pas. Et puis, il y a quelque temps, Handicap International a procuré à Muhindo un matelas et un kit permettant d’équiper sa maison . Et maintenant, au centre de réadaptation de Goma, son visage rayonne d'optimisme. Handicap International l'a amené au centre, de telle façon qu'il puisse être appareillé. Le jour où il a reçu sa prothèse, il n’a cessé de crier : « Je marche! Je marche!” Il imaginait déjà les réactions au village. “Les gens qui, avant, ne me témoignaient aucun intérêt, n'en croiront pas leurs yeux quand ils me verront marcher sans béquilles.”

Muhindo a aussi reçu le nécessaire pour commencer un élevage de chèvres . Bientôt, il sera en mesure de gagner de l’argent et redeviendra autonome. Il souhaite alors construire une maison, et le plus important de tout : “Je vais me trouver une femme et me remarier”.
 

Pour aller plus loin

« La pauvreté est là. La misère est totale. » Urgence

« La pauvreté est là. La misère est totale. »

La crise du Kasaï, en République démocratique du Congo, dure depuis plus d’un an. Elle affecte plus de 2 millions de personnes et ne fait qu’empirer. Bakary Traoré coordonne les différentes actions de HI sur le terrain. Il explique la gravité de la situation.
Accoucher en toute sécurité à Bumbu Prévention Santé

Accoucher en toute sécurité à Bumbu

Au Congo, une maman sur 137 décède pendant l’accouchement. En Belgique, ce chiffre est de 1 pour 16.600. Pourtant, il est relativement simple de faire baisser ce chiffre. La preuve est faite au centre médical de Bumbu, où Handicap International donne des formations et du matériel depuis plusieurs années déjà. « Depuis le mois de janvier, aucune maman n’est morte ici. »

« Le handicap, ce n’est pas dans la tête » Insertion

« Le handicap, ce n’est pas dans la tête »

Eugénie Kabeya est créatrice de mode et l’une des coutières les plus fréquentées de Kinshasa. Installée à Bandalungwa, l’une des 24 communes de la capitale, cette femme dynamique de 40 ans, handicapée depuis l’âge de cinq ans suite à une polio, assume seule la charge des six personnes qui partagent son domicile. Quatre générations se mêlent dans cet atelier du cœur de Kinshasa.