Go to main content

Martin peut à nouveau marcher

Pour que les Burundais handicapés qui ne peuvent pas se payer les soins nécessaires bénéficient quand même d’un traitement, Handicap International a créé sur place un fonds de soutien. L’une des personnes aidées par ce fonds est Martin, un petit garçon âgé de 6 ans. 

Voici un an qu’il séjourne au centre de revalidation de la ville de Gitega, le Centre national d'appareillage et de rééducation (C.N.A.R.). Il souffre d’hypotonie généralisée, maladie caractérisée par une insuffisance du tonus des muscles du corps. Auparavant, cela l’empêchait de se lever, et il pouvait à peine s’asseoir convenablement. Chaque jour, le petit garçon participe à des exercices individuels et à des exercices de groupe sous la direction d’une kinésithérapeute. Son état s’améliore visiblement. A présent, il est capable se rendre seul à la salle de kinésithérapie en traversant la cour intérieure du centre avec un rollator.

Dans une prochaine phase, il va apprendre à marcher avec des béquilles. « Dans six mois, ce garçon pourra parfaitement tirer son plan, explique Anicet Nibaruta, la kinésithérapeute. Lorsque Martin est arrivé dans le centre, il avait des problèmes d’orientation et ne parlait pas », se souvient-elle. Quelle différence avec ce petit gars joyeux et bavard qui adore faire la démonstration de ses nouvelles capacités ! Le coût des traitements de kinésithérapie comme les béquilles de Martin seront pris en charge par le fonds de solidarité. Anicet Nibaruta a suivi des formations complémentaires auprès de Handicap International pour pouvoir encore mieux aider des enfants comme Martin.

Pour aller plus loin

Téléphone en panne

Téléphone en panne

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. Nous mettons tout en oeuvre pour réparer la panne. En attendant, n'hésitez pas à nous envoyer un courriel à l'adresse info@belgium.hi.org

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. 

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.