Go to main content

Libye: Déjà 3 500 restes explosifs de guerre mis hors d’état de nuire

Mines et autres armes
Les restes explosifs de guerre continuent de blesser ou tuer des civils libyens, six mois après la chute du régime de Mouammar Kadhafi. Un jeune garçon de treize ans est décédé la semaine dernière à la suite de l’explosion d’un engin non explosé, à Zlitan, une commune côtière située à une cinquantaine de kilomètres de Misrata. Dans la région, 80% des victimes recensées avaient moins de 23 ans. Les enfants et adolescents restent la population la plus vulnérable, par manque de conscience du danger que représentent ces armes.
photo d'un démineur

Les restes explosifs de guerre continuent de blesser ou tuer des civils libyens, six mois après la chute du régime de Mouammar Kadhafi. Un jeune garçon de treize ans est décédé la semaine dernière à la suite de l’explosion d’un engin non explosé, à Zlitan, une commune côtière située à une cinquantaine de kilomètres de Misrata. Dans la région, 80% des victimes recensées avaient moins de 23 ans. Les enfants et adolescents restent la population la plus vulnérable, par manque de conscience du danger que représentent ces armes.

Pour éviter que de nouveaux drames se produisent, Handicap International s’engage au quotidien dans la prévention des risques liés à ces armes de guerre et la dépollution des zones contaminées. La semaine dernière, les équipes de dépollution de Syrte ont ainsi sécurisé deux parcs et une école pour que les enfants puissent à nouveau jouer et s’instruire sans risque.

Handicap International s’est également mobilisée en urgence suite à l’explosion, en mars 2012, de l’entrepôt de stockage de munitions se situant à quelques centaines de mètres de l’école municipale de Dafniya. L’association a ainsi sensibilisé plus de 300 enfants aux risques des engins non explosés.

Depuis le lancement des activités en Libye, en mars 2011, Handicap International a détruit plus de 3 500 restes explosifs de guerre et l’association a sensibilisé près de 50 000 personnes aux dangers de ces armes. 

Pour aller plus loin

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Violences entre Gaza et Israël : les armes explosives provoquent de graves blessures invalidantes Mines et autres armes Réadaptation

Violences entre Gaza et Israël : les armes explosives provoquent de graves blessures invalidantes

Plus de trente personnes ont été tuées lors d’échanges de tirs de roquettes et de bombardements entre Gaza et Israël pendant le week-end. A Gaza, cette escalade de la violence pourrait engendrer un nouveau flot de blessés et ce, alors que les services chirurgicaux et de rééducation sont déjà débordés.  

«Faites entendre la voix des habitants de la Ghouta orientale !» Mines et autres armes Urgence

«Faites entendre la voix des habitants de la Ghouta orientale !»

Handicap International condamne les bombardements sans répit du quartier assiégé de la Ghouta orientale. L’augmentation des bombardements dans le quartier assiégé de la Ghouta orientale ces dernières 72 heures a causé plus de 200 morts parmi la population civile et des dommages importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où la population tente de trouver refug