Go to main content

Lettre du fondateur de Handicap International: «30 ans de solidarité en faveur des plus fagiles»

La révolte fondatrice de Handicap International il y a 30 ans, c’était la volonté farouche d’agir pour les 6 000 amputés cambodgiens auxquels l’aide humanitaire ne proposait rien ! Noyée dans un exode sans précédent – jusqu’à trois millions de personnes agglutinées dans des campements de fortune à la frontière thaïlandaise – cette population particulièrement vulnérable ne pouvait espérer une aide spécifique. 
image de Jean-Baptiste Richardier, fondateur de Handicap International

La révolte fondatrice de Handicap International il y a 30 ans, c’était la volonté farouche d’agir pour les 6 000 amputés cambodgiens auxquels l’aide humanitaire ne proposait rien ! Noyée dans un exode sans précédent – jusqu’à trois millions de personnes agglutinées dans des campements de fortune à la frontière thaïlandaise – cette population particulièrement vulnérable ne pouvait espérer une aide spécifique. 


 
Notre obstination à agir en direction des plus vulnérables, y compris dans les situations extrêmes, a porté ses fruits. Grâce à elle, nous avons conquis la légitimité indispensable pour entrer en rébellion contre certaines armes – les mines et les BASM – aujourd’hui illégales. C’est cette même obstination qui anime encore nos équipes aujourd’hui ; qui les pousse à agir sans relâche dans près de 60 pays. Dans les camps de Dadaab au Kenya, dans les écoles du Rwanda, dans les centres de réadaptation de Haïti ou du Liberia, auprès des familles de personnes handicapées de Colombie ou du Burundi, auprès des victimes de maladies oubliées, telles que la filariose au Burkina Faso, et aussi sur les champs de mines ou de sous munitions au Laos, au Mozambique ou au Liban. 
 
Notre histoire égrène les injustices les plus terribles de ces trente dernières années. Elle ne serait pas complète sans évoquer les belles personnes qui nous ont aidés. C’est au nom de cette entraide que nous continuons à agir, à apporter des solutions tangibles, concrètes. Cette solidarité ne s’est jamais démentie : dans toutes les cultures, sous toutes les latitudes, les familles n’abdiquent jamais. C’est de notre devoir, de notre responsabilité de faire de même.
 
Dr Jean-Baptiste Richardier,
Co-fondateur de Handicap International

Pour aller plus loin

Téléphone en panne

Téléphone en panne

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. Nous mettons tout en oeuvre pour réparer la panne. En attendant, n'hésitez pas à nous envoyer un courriel à l'adresse info@belgium.hi.org

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. 

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.