Go to main content

Les Ban Advocates à la troisième conférence des Etats parties à la Convention d'interdiction des armes à sous-munitions à Oslo

Mines et autres armes
La semaine dernière, à Oslo, plus des 100 gouvernements se sont réunis pour discuter des progrès réalisés ou qui restent encore à faire concernant les dispositions de la Convention d'interdiction des armes à sous-munitions. Depuis leur première intervention en 2008, lors du processus d'élaboration du traité (connu aussi sous le nom de processus d'Oslo et lancé voici déjà six ans), la voix des Ban Advocates continue de s'élever pour demander toujours plus d'efforts aux Etats, spécialement en ce qui concerne l'assistance  aux victimes..
L'équipe des Ban Advocates lors de la conférence à Oslo

La semaine dernière, à Oslo, plus des 100 gouvernements se sont réunis pour discuter des progrès réalisés ou qui restent encore à faire concernant les dispositions de la Convention d'interdiction des armes à sous-munitions. Depuis leur première intervention en 2008 lors du processus d'élaboration du traité - connu aussi sous le nom de processus d'Oslo et lancé voici déjà six ans - la voix des Ban Advocates continue de s'élever pour demander toujours plus d'efforts aux Etats, spécialement en ce qui concerne l'assistance  aux victimes.

Quatre ans plus tard, l'équipe des Ban Advocates est de retour à Oslo pour participer à la troisième conférence des Etats parties à la Convention d'interdiction des armes à sous-munitions et militer pour l'interdiction de ces armes qui frappent indistinctement civils et militaires.  Ensemble avec les autres membres de la Campagne contre les sous-munitions présents à Oslo, l'Américaine Lynn Bradach, Thi Pham Quy du Vietnam, Umarbek Pulodov et Umedjon Naimov duTajikistan, ainsi que Thoummy Silamphan  de la RDP Lao, ont participé activement à cette conférence : réunions, discours, événements parallèles que nous avons suivis jour après jour sur le blog des Ban Advocates : the Ban Advocates blog.

Cette conférence a aussi été l'occasion pour Lynn Bradach et la responsable du groupe des Ban Advocates du Laos, Seevue Xayki, de témoigner de l'importance d'intégrer la question du genre dans toutes les actions et les politiques entreprises dans le cadre de la mise en oeuvre de la Convention. Elles sont intervenues à l'occasion d'un événement organisé en marge de la conférence par Handicap International et deux autres organisations, GMAP et NPA, dans le but de mettre en avant cette question du genre.   
 

Lisez tous les articles du blog des Ban Advocates (uniquement en anglais) sur the Ban Advocates blog

Pour aller plus loin

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Violences entre Gaza et Israël : les armes explosives provoquent de graves blessures invalidantes Mines et autres armes Réadaptation

Violences entre Gaza et Israël : les armes explosives provoquent de graves blessures invalidantes

Plus de trente personnes ont été tuées lors d’échanges de tirs de roquettes et de bombardements entre Gaza et Israël pendant le week-end. A Gaza, cette escalade de la violence pourrait engendrer un nouveau flot de blessés et ce, alors que les services chirurgicaux et de rééducation sont déjà débordés.  

«Faites entendre la voix des habitants de la Ghouta orientale !» Mines et autres armes Urgence

«Faites entendre la voix des habitants de la Ghouta orientale !»

Handicap International condamne les bombardements sans répit du quartier assiégé de la Ghouta orientale. L’augmentation des bombardements dans le quartier assiégé de la Ghouta orientale ces dernières 72 heures a causé plus de 200 morts parmi la population civile et des dommages importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où la population tente de trouver refug