Go to main content

Le soutien pour les népalais persiste

Réadaptation Santé Urgence
Népal
Handicap International porte toujours secours aux milliers de népalais qui ont été frappés par le séisme en avril. Nos équipes  surviennent premièrement aux besoins des plus vulnérables.
Une fillette en robe à fleurs souffle des bulles devant un kinésiste de Handicap International

Handicap International porte toujours secours aux milliers de népalais qui ont été frappés par le séisme en avril. Nos équipes surviennent premièrement aux besoins des plus vulnérables.

Trois mois après le séisme, les équipes de Handicap International, composées actuellement de 19 expatriés et de plus de 100 Népalais, maintiennent leurs activités de réadaptation. Elles identifient, chaque jour, de nouveaux patients ayant besoin de soins physiques spécifiques ou psychosociaux et visent à renforcer la prise en compte des plus vulnérables dans les services proposés par les acteurs humanitaires, pour que ces premiers aient accès à ces services.

En ce moment, Handicap International prépare également ses actions de post-urgence, afin de permettre aux populations affectées par le tremblement de terre, plus de 2.8 millions de personnes, de bénéficier d’un soutien à long terme et de retrouver, peu à peu, une vie normale.

Bilan de nos activités au Népal

Soins post-traumatiques

Notre organisation peut compter sur des années d’expérience approfondie en ce qui concerne la prise en charge des victimes après un séisme. La kinésithérapie est l’un des éléments cruciaux des soins procurés aux blessés. En adoptant le bon traitement, les handicaps permanents peuvent être prévenus auprès des personnes souffrantes de lésions cérébrales ou de lésions de la colonne vertébrale suite à des effondrements.

Depuis plus de trois mois après le séisme au Népal, les équipes sur place ont déjà offert leurs soins de rééducation à plus de 1 500 victimes. Elles sont actives dans 11 hôpitaux dans la vallée de Katmandou, ainsi que dans des hôpitaux du district de Nuwakot (Bidur, Trisuli) et de Sindhupalchok, et dans les communautés de 7 districts[1]. Nos équipes ont mené plus de 5 900 et distribué plus de 970 aides à la mobilité (chaises roulantes, béquilles, déambulateurs, attelles).

« La situation des patients que nous prenons en charge s’améliore. Notre priorité est d’apporter un soutien à tous ceux qui en ont besoin. Nous avons donc mis en place des points fixes dans les communautés, notamment dans le district de Nuwakot. Nous y menons des séances de réadaptation et suivons nos patients de près. Chaque semaine, nous rendons également visite aux populations vivant dans des zones plus éloignées du district. Et chaque jour, nous identifions environ 10 nouvelles personnes nécessitant des soins de réadaptation », explique Prakash Niraula, kinésithérapeute pour Handicap International au Népal.

Soutien psychosocial  

Afin d’aider les victimes à surmonter leur traumatisme, les équipes proposent également un soutien psychosocial, individuel ou en groupe, et un accompagnement social afin d’orienter ces individus vers d’autres acteurs qui prendront en charge leurs besoins spécifiques.

Un soutien matériel aux plus démunis

Suite à ce séisme, plus de 160 000 maisons[2] ont été détruites, et plus de 143 000 maisons, endommagées. Afin de venir en aide à ces familles qui ont presque tout perdu, Handicap International a distribué[3] plus de 4 300 kits de première nécessité (tentes, kits de cuisine, kits d’hygiène, couvertures) et du matériel permettant de concevoir des toits de tôle[4], afin de se protéger de la mousson, auprès de plus de 2 200 familles[5] dans les districts de Rasuwa, de Nuwakot et de Katmandou.

Plateforme logistique

De plus, afin de gérer l’acheminement de l’aide humanitaire vers les différents points de distribution dans les villages et les communautés, Handicap International assure, depuis le 12 mai, la gestion de l’un des deux centres de stockage de l’aide humanitaire à Katmandou. Des espaces de stockage ont également été mis en place dans le district de Nuwakot (à Bidur) et de Rasuwa (à Dhunche). Ces opérations de stockage et de transport ont permis de faciliter l’intervention de l’ensemble des autres ONG présentes sur place.

Des services accessibles à tous

Afin de permettre à toutes les personnes de contacter Handicap International et de bénéficier de ses services, une hotline a été créée. De plus, la cellule technique inclusion de Handicap International collabore avec l’ensemble des acteurs humanitaires sur la problématique de l’inclusion des personnes vulnérables. L’association intervient dans les forums de coordination et dans les groupes de travail et vise à ce que toutes les personnes vulnérables soient prises en compte dans les services proposés par les acteurs organisations humanitaires.

Notre intervention en chiffres [6]

Réadaptation menée par Handicap International depuis le 25 avril, premier jour du séisme :

  • Bénéficiaires: 1530
  • Sessions de réadaptation menées: 5985
  • Aides à la mobilité distribuées : 979
  • Kinésithérapeutes mobilisés: 24

Distribution de kits de première nécessité depuis le 13 mai 2015 :

  • Bénéficiaires : 2 244 ménages les plus vulnérables, soit 11 220 individus
  • Kits distribués, incluant : 4394
    • Kits d’hygiène : 921
    • Kits de cuisine : 1442
    • Kits d’abris (shelter kits): 2031

 

[1] Kathmandu, Lalitpur, Bhaktapur, Kavrepalanchok, Nuwakott, Sindhupalchok et Rasuwa.
[2] ONU, derniers chiffres : 3/06/15 (idem pour autres données relatives aux victimes du séisme).
[3] Les activités de distribution sont maintenant terminées.
[4] 2405 ‘bundles of CGI sheets’.
[5] Plus de 11 000 personnes.
[6] Données du 12/07.
 

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

HI aide les familles qui fuient le Vénézuela
© HI
Urgence

HI aide les familles qui fuient le Vénézuela

La Colombie accueille plus d’un million de Vénézuéliens qui ont quitté leur pays. HI apporte une aide d’urgence à ces populations vulnérables.