Go to main content

Le Népal après le séisme : six mois d'intervention

Réadaptation Santé Urgence
Népal
Plus de 8 700 personnes ont perdu la vie et 22 400 personnes ont été blessées suite au tremblement de terre qui a frappé le Népal le 25 avril 2015. Que s'est-il passé pendant les six mois qui ont suivi la catastrophe? Un aperçu des actions de Handicap International.
Un kinésithérapeute en T-shirt de Handicap International tient un grand ballon pour les exercices de kiné. De l'autre bras, il entoure les épaules d'une petite fille souriante qui a été amputée d'une jambe.

Plus de 8 700 personnes ont perdu la vie et 22 400 personnes ont été blessées suite au tremblement de terre qui a frappé le Népal le 25 avril 2015. Que s'est-il passé pendant les six mois qui ont suivi la catastrophe? Un aperçu des actions de Handicap International.

Quand la terre a tremblé au Népal le 25 avril dernier, l'équipe de Handicap International se trouvait déjà sur place. Notre organisation mène dans ce pays des projets de développement depuis une quinzaine d'années. Notre équipe locale, renforcée par des équipes d'urgence, s'est mise immédiatement au travail pour venir en aide aux populations touchées. Elles se sont appuyées sur leur expérience relative à la prise en charge des victimes de ce type de catastrophe et à la préparation aux désastres.

DL'attention de Handicap International s'est tournée en premier lieu vers les plus vulnérables : personnes handicapées, âgées, mais aussi les femmes enceintes, les victimes de violences sexuelle ou liées au genre, ou encore les enfants non accompagnés.de nombreuses populations vulnérables sont davantage fragilisées face à cette catastrophe. On estime notamment que 2.8 millions d’enfants ont été affectés par le séisme, et 940 000 d’entre eux ont besoin d’un soutien immédiat [1].

Bilan de nos activités des six derniers mois

Six mois après le tremblement de terre, Les équipes présentes sur place poursuivent leurs efforts afin d’apporter un soutien durable aux populations les plus vulnérables. Voici un aperçu des actions mises en oeuvre.

Sessions de réadaptation et soutien psychosocial

Manque de personnel, de matériel médical : face au nombre considérable de blessés, les hôpitaux ont été rapidement dépassés. De nombreuses personnes affectées ont eu besoin de séances de réadaptation, essentielles afin d’éviter le développement de handicaps permanents. Depuis le 25 avril, les équipes de kinésithérapeutes de Handicap International organisent donc la prise en charge des patients, apportent des soins post-traumatiques, ont mené plus de 10 500 séances de réadaptation à plus de 4 000 patients et ont distribué plus 2 300 aides à la mobilité et matériels spécifiques (fauteuils roulants, béquilles, déambulateurs, colliers cervicaux, matelas ergonomiques) à plus de 2 200 personnes affectées par la catastrophe, tant à Katmandou que dans les districts les plus affectés.

L’association est intervenue dans une vingtaine d’hôpitaux, d’infrastructures médicales, de camps de réadaptation fixes et mobiles dans les communautés de 7 districts (Katmandou Lalitpur, Bhaktapur, Kavrepalanchok, Nuwakott, Sindhupalchok et Rasuwa). Afin d’aider les victimes à surmonter leur traumatisme, l’association a également proposé des séances psychosociales, en groupe ou de manière individuelle.

Handicap International a également mis en place une hotline permettant à toutes les personnes de contacter l’association et de bénéficier de ses services. Des messages ont été diffusés à la radio afin de faire connaitre cette ligne téléphonique et d’informer les Népalais de la situation géographique des camps mobiles de réadaptation.

Soutien matériel aux plus démunis

Suite à ce séisme, plus de 600 000 maisons [2] ont été détruites, et plus de 280 000 maisons, endommagées [3]. Handicap International est venue en aide aux familles qui ont presque tout perdu et a distribué plus de 4 300 kits de première nécessité (tentes, kits de cuisine, kits d’hygiène, couvertures).

L’association a également distribué du matériel permettant de concevoir des toits de tôle pour se protéger des pluies de la mousson à plus de 2 200 familles (une action qui a bénéficié à encviron 11 000 personnes) dans les districts de Rasuwa, de Nuwakot et de Katmandou.

Enfin, 500 familles de bénéficiaires ayant suivi des séances de réadaptation ont reçu un kit d’aide au retour (pharmacie, couvertures, cuisine, hygiène).

Plateforme logistique

De nombreuses personnes affectées par le séisme vivent dans des régions isolées, accessibles uniquement à pied ou par hélicoptère. Suite à la catastrophe, les routes ont été endommagées et l’accès à ces villages est particulièrement complexe.

Afin de gérer l’acheminement de l’aide humanitaire vers les différents points de distribution dans les villages et les communautés, Handicap International assure, depuis le 12 mai, la gestion de l’un des deux centres de stockage de l’aide humanitaire à Katmandou. Un espace de stockage a également été mis en place dans le district de Dhading (à Dhading Besi Hub), de Nuwakot (à Bidur), de Rasuwa (à Shayphru Hub) et de Kavrepalanchok (à Banepa). Handicap International a également assuré le transport de l’aide humanitaire vers les différents points de distribution dans les villages et les communautés. Ces opérations de stockage et de transport ont permis de faciliter l’intervention de l’ensemble des autres ONG présentes sur place. 201 camions ont été mis à disposition d’autres acteurs humanitaires.

Prise en compte des plus vulnérables

Handicap International a également mis en place une "hotline" permettant à toutes les personnes de contacter l’association et de bénéficier de ses services. Des messages ont été diffusés à la radio afin de faire connaitre cette ligne téléphonique et d’informer les Népalais de la situation géographique des camps mobiles de réadaptation.

La cellule technique inclusion de Handicap International collabore aussi avec d'autres acteurs humanitaires sur la problématique de l’inclusion des personnes vulnérables. L’association intervient dans les forums de coordination et dans les groupes de travail (formation de personnel, appui technique) et au sein des communautés (formation de 157 chefs de communautés) afin que toutes les personnes vulnérables puissent avoir accès à l’eau potable, à l’éducation, aux soins de santé et à des séances de réadaptation.

Cliquez ici pour connaître le bilan de nos actions en chiffres

Perspectives

Près de six mois après le séisme, Handicap International poursuit ses activités de réadaptation et de soutien psychosocial, identifie de nouveaux patients, favorise l’acheminement de l’aide humanitaire et vise à ce que les plus vulnérables soient pris en compte par les acteurs humanitaires. De plus, Handicap International renforce les capacités des équipes des centres de réadaptation afin qu’ils puissent répondre au mieux aux besoins des patients.

Enfin, l’association accompagne et apporte un appui technique au ministère de la Santé afin que les services de kinésithérapie soient intégrés dans le système de soin ou que de nouvelles unités de réadaptation soient créées dans les districts affectés par le séisme. Handicap International vise également à ce que les structures de santé soient préparées à d’éventuelles futures catastrophes naturelles.    

[1] OCHA, 27/04/2015
[2] VN, 3/06/15
[3] http://reliefweb.int/report/nepal/nepal-earthquake-humanitarian-snapshot-07-july-2015

 

 

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

HI aide les familles qui fuient le Vénézuela
© HI
Urgence

HI aide les familles qui fuient le Vénézuela

La Colombie accueille plus d’un million de Vénézuéliens qui ont quitté leur pays. HI apporte une aide d’urgence à ces populations vulnérables.