Go to main content

Le message de Handicap International aux Nations Unies

Mines et autres armes Santé
La première commission de l’Assemblée générale des Nations Unies se réunit pour l’instant afin de discuter du désarmement et de la sécurité internationale. Handicap International y participe. Découvrez ici notre message aux états membres lors de cet événement international majeur.
Bekende en onbekende mensen schrijven STOP op hun hand

La première commission de l’Assemblée générale des Nations Unies se réunit pour l’instant afin de discuter du désarmement et de la sécurité internationale. Handicap International y participe. Découvrez ici notre message aux états membres lors de cet événement international majeur.

HI présente à l’Assemblée générale des Nations unies

L’Assemblée générale des Nations unies se réunit chaque année à partir de début septembre. Elle comprend six commissions. Ce sont de grands groupes de travail, avec chacun une spécialité. Leur rôle est de tenir des discussions, d’alerter l’Assemblée générale sur des points particuliers et de faire des recommandations. HI  participe à celle sur le désarmement et la sécurité internationale.

Dialoguer avec les Etats

Lors des réunions de cette commission, qui se tiennent du 2 octobre au 2 novembre, HI dialogue avec les Etats, incite ceux qui ne l’ont pas déjà fait à rejoindre la Convention d’Ottawa, qui interdit les mines antipersonnel, et celle d’Oslo, qui interdit les bombes à sous-munitions, les deux combats historiques de HI. Elle interpelle également les Etats sur le problème de l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. A ce titre, elle leur présente son rapport ‘Everywhere the bombing followed us’, publié le 5 octobre, qui établit le lien entre bombardements de civils et déplacements forcés multiples des populations dans le conflit syrien.

Pour une déclaration politique

Contre le bombardement des civils, HI défend auprès des Etats le projet d’une déclaration politique pour affirmer trois engagements : que les Etats condamnent l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, qu’ils reconnaissent les souffrances des civils et assistent les victimes. L’élaboration d’une telle déclaration politique est un objectif important du combat de HI. Un peu comme un traité, l’association souhaite qu’à terme un maximum d’Etats la soutienne et la signe. Un projet de texte est actuellement en cours d’élaboration par un groupe d’Etats et d’ONG. Un tel travail peut prendre des années... HI veut mettre fin à l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, particulièrement celles à large rayon d’impact.

La mobilisation citoyenne

Depuis début septembre, HI mène sur les réseaux sociaux une campagne de mobilisation citoyenne 'Stop Bombing Civilians', contre le bombardement des civils. Y participer est très simple : écrire ‘STOP’ sur sa main, se prendre en photo avec ce mot bien visible et poster son seflie sur son compte social avec le hastag #StopBombing ou #StopBombingCivilians. Vous signifiez ainsi votre soutien au combat de HI.

Pour aller plus loin

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Violences entre Gaza et Israël : les armes explosives provoquent de graves blessures invalidantes Mines et autres armes Réadaptation

Violences entre Gaza et Israël : les armes explosives provoquent de graves blessures invalidantes

Plus de trente personnes ont été tuées lors d’échanges de tirs de roquettes et de bombardements entre Gaza et Israël pendant le week-end. A Gaza, cette escalade de la violence pourrait engendrer un nouveau flot de blessés et ce, alors que les services chirurgicaux et de rééducation sont déjà débordés.  

Rwanda : 25 ans après le génocide Santé

Rwanda : 25 ans après le génocide

A partir du 7 avril, le Rwanda commémore le génocide durant lequel hommes, femmes, enfants ont été torurés, violés, massacrés. En trois mois, plus de 800 000 personnes furent tuées. Une violence incompréhensible qui laisse des traces indélébiles, vingt-cinq ans plus tard.