Go to main content

Le marathon des démineurs

Il n’y a pas qu’en Belgique que l’on fait du sport pour Handicap International. Plus d’une trentaine de personnes soutenant le programme de lutte contre les mines, de Handicap International au Liban, participeront au marathon de Beyrouth en courant le parcours de 10 kilomètres le 27 novembre prochain.
L'équipe de démineurs de Handicap International au Liban

Il n’y a pas qu’en Belgique que l’on fait du sport pour Handicap International. Plus d’une trentaine de personnes soutenant le programme de lutte contre les mines, de Handicap International au Liban, participeront au marathon de Beyrouth en courant le parcours de 10 kilomètres le 27 novembre prochain.

Cette course qui traverse la ville leur permettra, outre de répondre à un vrai défi physique, de porter les couleurs de l’association, et de faire connaitre ses missions envers la population. Un stand, installé à l’arrivée, présentera les activités menées pour préserver la vie des familles qui vivent dans les zones polluées par les mines, posées durant les périodes de conflits.

Handicap International, présent au Liban depuis 1992, a participé, entre 2007 et 2010, à la dépollution de zones contaminées principalement par des bombes à sous-munitions au Sud Liban (région de Tyr) et par des restes explosifs de guerre dans le camp palestinien de Nahr el Bared.

Handicap International apporte également un soutien psychologique aux enfants et aux adolescents dans les camps de réfugiés palestiniens. Depuis 2010, Handicap International est la seule ONG menant des activités de déminage humanitaire au Nord Liban, sur des terres contenant des engins explosifs datant de la guerre civile.
 




 

Pour aller plus loin

Téléphone en panne

Téléphone en panne

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. Nous mettons tout en oeuvre pour réparer la panne. En attendant, n'hésitez pas à nous envoyer un courriel à l'adresse info@belgium.hi.org

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. 

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.