Go to main content

Le 3 décembre, journée spéciale pour les personnes handicapées du monde entier

Le 3 décembre est une journée particulière pour un milliard de personnes sur la planète. Oui, un milliard ! Car on oublie souvent que 15% de la population mondiale vit avec un handicap…  ce qui nous donne ce chiffre incroyable de un milliard.
Une dame handicapée et l'agent communautaire qui veille à son bien-être à Cuba

Le 3 décembre est une journée particulière pour un milliard de personnes sur la planète. Oui, un milliard ! Car on oublie souvent que 15% de la population mondiale vit avec un handicap…  ce qui nous donne ce chiffre incroyable de un milliard.

Une journée par an pour attirer l’attention sur les difficultés rencontrées par les personnes en situation de handicap dans leur vie quotidienne, ce n’est pas inutile. Mais l’important, c’est aussi de montrer que ces personnes ont une place dans la société, que leur handicap ne les empêche pas d’étudier, de travailler, de mener une ville de famille. Qu’elles ont aussi l’envie et le droit d’aller voter pour élire leurs représentants, de  faire du sport, bref de pouvoir réaliser, elles aussi, les gestes que les personnes valides font tout naturellement.

C’est pourquoi, partout dans le monde, les équipes de Handicap International et leurs partenaires locaux célèbrent cette journée avec différentes activités : concerts, rencontres sportives et manifestations en tout genre pour sensibiliser la population et changer le regard sur les personnes handicapées.

Ce 3 décembre 2012 est encore plus spécial cette année, puisque nous célébrons en même temps le quinzième anniversaire de la signature du Traité d’Ottawa d’interdiction des mines antipersonnel. Ce traité a permis de diminuer le nombre de nouvelles victimes chaque année. Mais on estime à environ 500.000 le nombre total de survivants d’accidents de mine. Des survivants qui doivent apprendre à vivre avec des séquelles lourdement invalidantes : amputation d’un ou plusieurs membres, perte de la vue, de l’ouïe, brûlures… Sans parler du poids du regard de leur famille, de leurs amis, de leurs voisins qui, trop souvent encore, les surprotègent  ou les rejettent.

Pour ces survivants, cette journée du 3 décembre est doublement leur journée !

Pour aller plus loin

Téléphone en panne

Téléphone en panne

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. Nous mettons tout en oeuvre pour réparer la panne. En attendant, n'hésitez pas à nous envoyer un courriel à l'adresse info@belgium.hi.org

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. 

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.