Go to main content

La violence des bombardements force des millions de Syriens à fuir

Mines et autres armes
Syrie
Dans son rapport, Qasef : Escaping the bombing, Handicap International montre que l’utilisation massive d’armes explosives en zones peuplées est une des causes premières du déplacement des Syriens. Bombardements et pilonnages indiscriminés sont devenus la règle dans le conflit, provoquant la fuite de millions de personnes. Cette pratique est la cause d’une des pires crises humanitaires depuis la Seconde Guerre mondiale..
Vue du camp de réfugiés d'Azraq: des centaines d'abris blancs alignés, deux femmes portant des paquets marchent sur une route qui traverse le camp

Dans son rapport, Qasef : Escaping the bombing, Handicap International montre que l’utilisation massive d’armes explosives en zones peuplées est une des causes premières du déplacement des Syriens. Bombardements et pilonnages indiscriminés sont devenus la règle dans le conflit, provoquant la fuite de millions de personnes. Cette pratique est la cause d’une des pires crises humanitaires depuis la Seconde Guerre mondiale.

Reposant sur le témoignage de réfugiés syriens et de responsables d’organisations internationales, le rapport Qasef : Escaping the bombing, montre que l’utilisation massive des armes explosives en zones peuplées est une des causes premières du déplacement massif des Syriens. Au total, plus de 10,9 millions d’entre eux sont concernés, soit la moitié de la population du pays.

« L’utilisation massive d’armes explosives en zones peuplées dans le conflit syrien est à l’origine de la crise humanitaire la plus grave de ces dernières décennies, affirme Alma Al-Osta, chargée du plaidoyer à Handicap International. »

Les civils délibérément ciblés

Les témoignages recueillis par Handicap International font par ailleurs état de déplacements multiples. Terrorisés, les Syriens se déplacent jusqu’à 25 fois pour fuir les bombardements successifs avant de trouver un refuge sûr. Ces déplacements répétés sont la cause de situations de grande précarité et d’une grave détresse psychologique.

Selon le rapport, les Syriens fuient d’abord la violence des attaques utilisant des armes explosives. Celles-ci sont massivement indiscriminées. Certaines ciblent délibérément les civils. L’utilisation d’armes explosives en zones peuplées est ainsi la principale cause de décès chez les civils. Selon une étude [1] citée dans le rapport, en 2012, l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées était responsable de 48 % des victimes civiles. Cette proportion est désormais de 83 % en 2016. Certaines armes utilisées, comme les bombes-barils ou les roquettes éléphants, sont elles-mêmes par nature indiscriminées, c’est-à-dire que leur imprécision provoque un grand nombre de victimes civiles.

Des conséquences dévastatrices pour les habitants et le pays

Le rapport pointe également la gravité des blessures liées aux bombardements. 47 % des personnes blessées par des armes explosives ont des fractures complexes.

 « Associée à l’absence de prise en charge médicale et d’un soutien psychologique approprié en Syrie, cette pratique a des conséquences dévastatrices sur la vie des personnes. Avec plus de 1,5 million de blessés en Syrie, c’est toute une génération qui souffrira de séquelles sur le plus long terme. »

Enfin, le rapport précise aussi que les Syriens qui ne sont pas directement touchés par les bombardements sont également forcés de fuir pour reconstruire une nouvelle vie car en détruisant des infrastructures essentielles (habitations, hôpitaux, réseaux d’eau et d’électricité, etc.), les bombardements anéantissent toute vie sociale et toute activité économique.

 « Il faudra des décennies pour déminer la Syrie, lourdement polluée par les restes explosifs, affirme Alma Al Osta, chargée du Plaidoyer à Handicap International. Les parties prenantes au conflit doivent cesser immédiatement d’utiliser des armes explosives en zones peuplées, en particulier celles à large rayon d’impact. La communauté internationale doit s’engager contre cette pratique qui est devenue la règle dans le conflit syrien. »

Handicap International exhorte donc les parties prenantes au conflit à cesser d’utiliser des armes explosives en zones peuplées et appelle la communauté internationale à condamner avec fermeté cette pratique et à s’engager pour y mettre fin.

Pour lire le rapport en entier, cliquez ici.

[1] Source: Integrated Regional Information Network (IRIN)

Pour aller plus loin

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Violences entre Gaza et Israël : les armes explosives provoquent de graves blessures invalidantes Mines et autres armes Réadaptation

Violences entre Gaza et Israël : les armes explosives provoquent de graves blessures invalidantes

Plus de trente personnes ont été tuées lors d’échanges de tirs de roquettes et de bombardements entre Gaza et Israël pendant le week-end. A Gaza, cette escalade de la violence pourrait engendrer un nouveau flot de blessés et ce, alors que les services chirurgicaux et de rééducation sont déjà débordés.  

«Faites entendre la voix des habitants de la Ghouta orientale !» Mines et autres armes Urgence

«Faites entendre la voix des habitants de la Ghouta orientale !»

Handicap International condamne les bombardements sans répit du quartier assiégé de la Ghouta orientale. L’augmentation des bombardements dans le quartier assiégé de la Ghouta orientale ces dernières 72 heures a causé plus de 200 morts parmi la population civile et des dommages importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où la population tente de trouver refug