Go to main content

La Syrie: Venir en aide aux réfugiés les plus vulnérables

Confrontée à une détérioration de la situation humanitaire, Handicap International intensifie son appui aux réfugiés les plus vulnérables. L’association renforce ses équipes de kinésithérapeutes travaillant avec les réfugiés blessés et étend ses zones d’intervention dans la vallée de la Bekaa et au Nord Liban, elle lance également des activités psychosociales et aide des familles à se préparer à l’hiver.

Confrontée à une détérioration de la situation humanitaire, Handicap International intensifie son appui aux réfugiés les plus vulnérables. L’association renforce ses équipes de kinésithérapeutes travaillant avec les réfugiés blessés et étend ses zones d’intervention dans la vallée de la Bekaa et au Nord Liban, elle lance également des activités psychosociales et aide des familles à se préparer à l’hiver.

Afin d’apporter une réponse aux besoins immenses des réfugiés, de nombreux acteurs internationaux, régionaux et nationaux déploient des plans d’aide humanitaire aux frontières syriennes. Cependant, l’accès individuel à cette aide pose souvent problème pour les réfugiés les plus vulnérables.

De plus, certains services ne sont pas assurés à la hauteur des besoins des réfugiés. Il s’agit notamment des soins de réadaptation post-opératoires, du soutien psychosocial et de la préparation à l’hiver. 

Nos actions

Identifier les populations les plus vulnérables et leur donner un accès aux services

Depuis l’été 2012, Handicap International a mène des opérations d'identification des personnes les plus vulnérables, y compris celles en situation de handicap, afin d’évaluer leurs besoins et d’y apporter une réponse. L’association a déployé des Points relais "handicap et vulnérabilité" (fixes et mobiles) au Nord Liban (5 équipes), dans la vallée de la Bekaa (6 équipes), et le long de la frontière nord-ouest de la Jordanie (7 équipes).

Venir en aide aux personnes les plus vulnérables : Comme première étape, ces équipes – comprenant kinésithérapeutes, conseillers psychosociaux, et un agent communautaire – identifient les besoins des réfugiés (et rapatriés), mettent les personnes vulnérables en relation avec les organisations capables de répondre à leurs besoins et assurent un suivi de leur accès à l’aide d’urgence. Une grande partie de ce travail est entreprise par des unités mobiles puisque la majorité des réfugiés ne vivent pas dans des camps – ceux qui ont encore des moyens louent de petits appartements, d’autres se regroupent dans des abris collectifs, dans des maisons inoccupés, ou dans des abris de fortune, souvent au sein de communautés nomades (voir photos ci-dessus).

Apporter des soins: Handicap International fournit une réponse directe aux besoins relevant de son domaine d’expertise. Cette réponse comprend :
• la distribution d’aides à la mobilité / aides techniques (fauteuils roulants, béquilles, mais aussi kits hygiène, matelas…),
• la fourniture d’orthèses ou de prothèses produites par notre partenaire local
• des séances de réadaptation avec nos kinésithérapeutes
• des activités psychosociales permettant de discuter avec les personnes vulnérables et leur famille et de suivre l’évolution de leurs troubles psychologiques.

Appuyer les structures médicales

Handicap International soutient les hôpitaux et cliniques qui prennent en charge les réfugiés blessés. L’association leur fournit des équipements de réadaptation et organise des séances de kinésithérapie pour les patients.

Ces services sont essentiels dans deux cas de figure :
• Pour les patients partiellement ou totalement immobilisés, qui doivent effectuer des exercices pour éviter le développement de handicaps permanents.
• Pour les patients ayant perdu une part de leur mobilité de façon permanente et pour qui le travail de réadaptation permettra d’éviter les complications médicales, d’augmenter leur confort, et dans de nombreux de cas, de retrouver un certain niveau de mobilité.

Préparation à l’hiver

La vallée de la Bekaa est une zone montagneuse où les hivers sont rudes et les températures souvent négatives. Handicap International anticipe l’arrivée de l’hiver en distribuant des kits d’isolation pour les nombreuses personnes qui ont fuit la Syrie et se sont réfugiées dans cette zone.

Ces kits, qui incluent un cadre de bois et des toiles de plastique pour bloquer les ouvertures où s’engouffre le froid (pour 300 ménages), et 200 poêles au fuel, qui permettront aux familles vivant actuellement dans des abris très rudimentaires de se préparer à la chute des températures.

Nos visites régulières auprès des communautés et notre travail auprès des personnes les plus vulnérables nous permet de cibler ceux qui sont le plus immédiatement menacés par le froid et d’optimiser l’efficacité de ces distributions.

Education aux risques

Chaque jour, nos équipes prennent en charge de nouvelles victimes de blessures par balle ou d’explosions. Le nombre d’armes et d’engins explosifs en Syrie augmente chaque jour que le conflit continue et resteront présentes lorsqu’il cessera.

L’expérience accumulée par Handicap International dans la neutralisation des restes explosifs de guerre et l’assistance aux victimes a amené l’association à mettre en place des activités préventives auprès des réfugiés afin d’anticiper leur retour en Syrie.

Des personnes chargées d’organiser les activités d’éducation aux risques rencontrent les réfugiés dans et autour du camp de Za atari pour les informer des risques de trouver des engins explosifs sur leur chemin de retour et autour de leur maison. Ces activités donnent aux civiles, y compris aux enfants, les moyens d’identifier et de se tenir à l’écart d’engins dangereux.
 

Pour aller plus loin

Téléphone en panne

Téléphone en panne

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. Nous mettons tout en oeuvre pour réparer la panne. En attendant, n'hésitez pas à nous envoyer un courriel à l'adresse info@belgium.hi.org

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. 

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.