Go to main content

La Syrie : « On ne peut pas rester sans rien faire »

Urgence
Syrie
Près de 8 000  Syriens fuient chaque jour leur pays pour trouver refuge à l’étranger. La durée du conflit et l’intensification des combats entraînent une aggravation de la situation humanitaire, y compris dans les pays voisins qui n’ont plus les ressources suffisantes pour répondre aux besoins des réfugiés.
Olivia Biernacki au bureau de Handicap International.

Près de 8.000  Syriens fuient chaque jour leur pays pour trouver refuge à l’étranger. La durée du conflit et l’intensification des combats entraînent une aggravation de la situation humanitaire, y compris dans les pays voisins qui n’ont plus les ressources suffisantes pour répondre aux besoins des réfugiés.

Pour les équipes de Handicap International présentes sur place, cette évolution détériore encore les conditions de survie de réfugiés. Présente en Jordanie depuis fin 2012, Olivia Biernacki travaille à améliorer l’accès  des personnes les plus vulnérables à l’aide humanitaire.

Olivia Biernacki fait partie du dispositif d’urgence de 250 personnes mis en place par Handicap International en réponse à la crise syrienne. Basée en Jordanie, son rôle est de veiller à ce que les personnes les plus vulnérables accèdent aux services dont elles ont besoin. « Mon rôle est de créer des ponts entre les réfugiés les plus vulnérables, c'est-à-dire, les personnes handicapées ou blessées, les femmes enceintes, les personnes isolées ou âgées, et l’aide humanitaire dont ils ont besoin. Selon les situations, nous intervenons ensuite directement – pour apporter des soins de rééducation, un soutien psychosocial, ou pour distribuer des biens de première nécessité dont nous disposons – ou en orientant par exemple la personne vers la bonne structure et en l’accompagnant jusqu’à nous assurer que sa situation s’est effectivement améliorée. Notre objectif, c’est que personne ne soit oublié au milieu de cette gigantesque catastrophe. »

Une augmentation alarmante du nombre de réfugiés

Chaque jour, des équipes de Handicap International vont à la rencontre des réfugiés syriens, dans les camps, mais également au sein des communautés jordaniennes où ils ont pu trouver refuge en louant quelques mètres carrés d’un appartement ou d’un garage. Ce travail essentiel pour éviter que ces personnes se retrouvent coupées de l’aide humanitaire porte aujourd'hui ses fruits. « Le bouche à oreille fonctionne bien et nous recevons maintenant des appels directs de personnes sollicitant notre intervention ou de structures avec lesquelles nous avons établis de bonnes relations. »

Coordonner l’aide pour couvrir l’ensemble des besoins

L’aide humanitaire évolue rapidement, pour suivre l’évolution des besoins constatés, mais aussi en fonction des ressources fournies par les bailleurs internationaux. Le travail d’Olivia Biernacki est donc également de travailler avec les partenaires de Handicap International pour proposer une réponse coordonnée et pour rester en permanence informée des services auxquels les réfugiés peuvent avoir accès. « Concrètement cela veut dire que nous devons être en mesure de dire à une famille qui ne parvient plus à payer son loyer si elle peut obtenir une aide financière auprès de telle organisation, ou toute autre solution pour trouver un abri ailleurs. Pour aider les personnes les plus vulnérables nous devons aller au-delà de l’aide directe que nous pouvons apporter et jouer le rôle de relais humanitaire vers l’ensemble des aides disponibles. C’est quelque chose qui fait cruellement défaut et les personnes que nous rencontrons nous remercient très régulièrement de les accompagner ainsi. »

« L’intervention de Handicap International est indispensable »

« Je suis frappée par le nombre de réfugiés blessées ou vivant avec un handicap, et pourtant, sur le Nord de la Jordanie et dans les camps, il n‘y a pratiquement aucune autre organisation qui propose des soins de rééducation. Nous devons constamment prioriser pour concilier l’ampleur des besoins avec la nécessité de proposer un suivi et une écoute aux personnes que nous prenons en charge. C’est pourquoi nous renforçons également nos activités psycho-sociales. »

« C’est ma première mission avec Handicap International, et jusqu’ici je n’ai jamais eu à douter de la légitimité de notre intervention. Les besoins sont tellement immenses que notre rôle est indispensable. Nous savons que si nous ne le faisons pas, personne ne prendra soin des personnes handicapées à notre place, et que nombre de blessés développeront des handicaps permanents simplement à cause du manque de soin. »

Par son travail, Olivia Biernacki est amenée à suivre l’évolution des conditions de vie des réfugiés et peut mesurer l’impact de l’aide humanitaire. « Quand une femme, amputée des deux jambes suite à un bombardement, reçoit un fauteuil roulant et peu à nouveau aller au marché acheter à manger et prendre soin de ses enfants, cela change vraiment une vie. Ce que nous voyons chaque jour est très violent. La guerre se déroule à quelques kilomètres de l’autre côté de la frontière et les personnes que nous rencontrons sont souvent encore très traumatisées par leur expérience. J’ai aussi la chance de travailler avec des équipes jordaniennes dont la mobilisation est impressionnante, et je pense que ce sentiment de solidarité, avec les Jordaniens et avec les Syriens nous pousse à continuer et nous aide à tenir. On ne peut pas voir cela et ne rien faire. »
 

Pour aller plus loin

HI aide les familles qui fuient le Vénézuela
© HI
Urgence

HI aide les familles qui fuient le Vénézuela

La Colombie accueille plus d’un million de Vénézuéliens qui ont quitté leur pays. HI apporte une aide d’urgence à ces populations vulnérables.

Irak : «Au fond de moi, je savais» Réadaptation Urgence

Irak : «Au fond de moi, je savais»

Abdel Rahman a été victime d’un bombardement à Mossoul. Désormais amputé d’une jambe, il vit avec sa famille dans le camp de déplacés de Hasansham. Handicap International (HI) l’accompagne.

Gaza : 10 équipes déployées Urgence

Gaza : 10 équipes déployées

Plus de 13 000 personnes ont été blessées depuis mars dernier suite aux manifestations qui ont eu lieu à la frontière entre Gaza et Israël. HI vient de  déployer 10 équipes d’urgence afin d’apporter des soins de réadaptation et un soutien psychologique aux populations affectées de Gaza.