Go to main content

La réadaptation, ce n'est pas seulement un concept !

Réadaptation
République démocratique du Congo
Mr Kinwany est président du Réseau des comités de réadaptation à base communautaire. C’est sur ce réseau queHandicap International a construit son projet de réadaptation à base communautaire (RBC) à Kinshasa. L’intervention au sein des communautés – un village ou, comme à Kinshasa, un quartier – peut sembler un concept fort abstrait. Il s’agit pourtant d’actions qui peuvent améliorer très concrètement la vie des personnes handicapées, ainsi que l’explique Mr Kinwany, également responsable d’un comité de réadaptation communautaire (CRC).
Des personnes avec et sans handicap travaillent ensembleamen.

Mr Kinwany est président du Réseau des comités de réadaptation à base communautaire. C’est sur ce réseau que Handicap International a construit son projet de réadaptation à base communautaire (RBC) à Kinshasa. L’intervention au sein des communautés – un village ou, comme à Kinshasa, un quartier – peut sembler un concept fort abstrait. Il s’agit pourtant d’actions qui peuvent améliorer très concrètement la vie des personnes handicapées, ainsi que l’explique Mr Kinwany, également responsable d’un comité de réadaptation communautaire (CRC).

«En 2010 les comités répartis dans les 18 communes de la ville de Kinshasa ont par exemple aidé des enfants handicapés à bénéficier de soins de kinésithérapie, à obtenir un appareillage orthopédique. Septante-cinq d’entre eux ont bénéficié d’une bourse scolaire. Nous avons aussi réalisé des activités de mobilisation communautaire, avec des journées de travaux communautaires. Ces travaux avaient pour but d’améliorer l’accessibilité des bâtiments, d’assainir l’environnement. Les personnes en situation de handicap travaillent aux côtés des personnes valides et démontrent leur potentiel grâce à leur participation. C’est valorisant pour elles. »

Le site communautaire de Kingabwa, dans la commune de Limete, montre un parfait exemple de travail communautaire efficace. Dans un bâtiment de 9 pièces vivent 22 familles comptant une ou plusieurs personnes handicapées, dont des enfants. « Il n’y avait aucune installation sanitaire. Vous pouvez imaginer l’insalubrité de l’environnement. Les personnes ne pouvaient pas mener une vie digne ! » poursuit Mr Kinwany.

Enanga Sabu, conseiller du CRC pour ce site, confirme : « C’était une situation pénible, pour nous comme pour nos voisins. Nous avions entrepris plusieurs démarches pour améliorer la situation, sans succès. Grâce au CRC et à Handicap International, nos conditions de vie ont pu s‘améliorer. Nous avons d’abord assaini les alentours de la maison et la rue attenante. Nos voisins se sont joints à nous pour ces travaux. Ensuite, nous avons construit une fosse septique, des toilettes et des douches. »

Aujourd’hui, les voisins ne se plaignent plus d’être incommodés. Une action simple, très concrète a ainsi permis non seulement d’améliorer les conditions de vie des familles concernées mais aussi de changer le regard que portait le quartier sur les familles de personnes handicapées.

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.