Go to main content

L’unité de soin des lésions de la moelle épinière de Hanoï au jour le jour

Réadaptation
Vietnam
Après presque dix mois depuis le début du projet, l’unité spinale de Bach Mai arrive à la fin de la phase de construction. Le bâtiment est achevé, mais il reste encore quelques installations à mettre en place. Les salles pour l’ergothérapie et la kinésithérapie sont terminées et les patients viennent déjà s’exercer chaque jour. La cérémonie d’inauguration de l’unité a eu lieu le 13 mai.
Revalidation à Bach Mai

Après presque dix mois depuis le début du projet, l’unité spinale de Bach Mai arrive à la fin de la phase de construction. Le bâtiment est achevé, mais il reste encore quelques installations à mettre en place. Les salles pour l’ergothérapie et la kinésithérapie sont terminées et les patients viennent déjà s’exercer chaque jour. La cérémonie d’inauguration de l’unité a eu lieu le 13 mai.Pendant la construction, quelques membres clés du personnel ont effectué un voyage de formation en Europe, après avoir reçu au début de l’année, comme l’ensemble de l’équipe, une formation spécifique pour la prise en charge des patients présentant des lésions de la moelle épinière.

Des stagiaires belges à Bach Mai...

En avril, deux étudiants de l’université de Louvain-la-Neuve (UCL), Laure et Frank, ont travaillé sur le projet pendant leur mois de stage. Ils ont rejoint l’équipe médicale vietnamienne pour aider les patients à effectuer leurs exercices. Ils donnent leurs impressions après ce mois passé à Bach Mai. « C’était vraiment un stage merveilleux. Tous les jours, nous avons aidé les patients à s’exercer. Nous leur avons montré ce qu’ils devaient faire, comment cela les aiderait. Nous avons eu la chance d’acquérir de l’expérience dans le traitement des lésions de la moelle épinière, ce que nous n’avions jamais abordé auparavant. Nous avons aussi pu échanger nos idées avec les kinésithérapeutes et les ergothérapeutes vietnamiens, même avec les médecins. Nous avons pu apprendre beaucoup les uns des autres. En ce qui concerne les patients, ils essaient de faire de leur mieux. Ils apprécient notre aide et ils partagent leurs sentiments avec nous. Cela nous aide vraiment à adapter leur traitement aux besoins de chacun. C’est fantastique de les aider et de voir la joie dans leurs yeux quand ils parviennent à nous suivre. Ils se sentent bien psychologiquement et c’est un signe de succès pour le défi que représente leur réadaptation physique.»

...Et l’un des premiers bénéficiaires: M. Ha Van Vu

Un des premiers patients de l'unité spinale de Hanoï © M. Nguyen - HI M. Vu, 47 ans, vit dans la province de Phu Tho. Il travaillait sur des chantiers de construction pour subvenir aux besoins d’une famille de quatre enfants, tous en âge d’école. Un jour de janvier, il est tombé en travaillant sur un chantier et s’est blessé à la colonne vertébrale. M. Vu a d’abord été transféré à l’hôpital provincial pour les premiers soins. Il a ensuite dû être opéré à l’hôpital Viet Duc, où il a séjourné 20 jours. Malheureusement, sa famille est arrivée à court d’argent et Mr Ha Van Vu a dû rentrer chez lui. Après 45 jours passés à la maison, sa famille a emprunté de l’argent pour l’envoyer à l’unité spinale de Bach Mai, dans l’espoir qu’il puisse à nouveau accomplir certains gestes de la vie quotidienne. Là, avec le soutien du personnel de l’hôpital, il a effectué chaque jour des exercices physiques et des exercices d’ergothérapie. Sa santé s’est améliorée, il peut soulever son bras facilement. Mr Vu a retrouvé l’espoir dans l’avenir. Il souhaiterait acheter une chaise roulante pour se déplacer dans la maison, aider sa femme et encourager ses enfants à bien étudier, ce qui l’aiderait à ne pas se sentir isolé de sa famille et de toute vie sociale. Il espère que l’unité spinale sera mieux équipée pour que les patients comme lui puissent s’entraîner dans de meilleures conditions et que leur état s’améliore grâce à la réadaptation.

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.

Irak : «Au fond de moi, je savais» Réadaptation Urgence

Irak : «Au fond de moi, je savais»

Abdel Rahman a été victime d’un bombardement à Mossoul. Désormais amputé d’une jambe, il vit avec sa famille dans le camp de déplacés de Hasansham. Handicap International (HI) l’accompagne.