Go to main content

L’importance du dialogue

Réadaptation
Vietnam
Pendant leur réadaptation, il est important que les personnes souffrant de lésions de la moelle épinière se soutiennent les unes les autres. C’est pourquoi Handicap International fait appel aux personnes ayant vécu les mêmes expériences. Ha Va Than Vo, un Vietnamien, est l’une d’entre elles.
Vo, blessé médullaire, joue au ballon sur la plage.

Pendant leur réadaptation, il est important que les personnes souffrant de lésions de la moelle épinière se soutiennent les unes les autres. C’est pourquoi Handicap International fait appel aux personnes ayant vécu les mêmes expériences. Ha Va Than Vo, un Vietnamien, est l’une d’entre elles.

Vo était électricien. Quand il avait 23 ans, il est tombé d’un poteau pendant son travail, ce qui a totalement bouleversé sa vie. Il a en effet été blessé à la colonne vertébrale et s’est retrouvé en chaise roulante. Après sa chute, Vo a été transféré au centre de réadaptation d’Ho Chi Minh Ville. Il a connue une profonde dépression, son handicap signifiant de grands changements aussi bien émotionnels que physiques.

A l’instigation de Handicap International, Vo a été retenu pour suivre pendant deux ans une formation l’accompagnement. Le profil de Vo correspondant à celui d’autres patients, généralement des hommes peu formés et exerçant un métier manuel, ils pouvaient donc s’identifier facilement à lui.

Finalement, Vo s’est attelé à sa tâche à l’hôpital et est devenu rapidement un soutien indispensable pour les autres patients et leurs familles. Grâce à son caractère ouvert, il parle très facilement de ce qu’il a vécu avec ceux qui ont subi le même sort que lui.

Et le handicap de Vo ne l’empêche pas de continuer à construire sa vie. Il fait beaucoup de sport et donne lui-même des entraînements à l’hôpital. Il s’est également marié et rêve d’avoir des enfants un jour. Pour les personnes para ou tétraplégiques, il n’est pas seulement une personne de confiance, mais une source d’inspiration.

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.