Go to main content

Inondations en Bosnie : des mines antipersonnel déplacées par les eaux

Mines et autres armes
Un nouveau drame pour les populations sinistrées en Bosnie : près de 3 000 glissements de terrain dus aux inondations ont provoqué le déplacement de mines antipersonnel datant de la guerre de 1992-95. Les rivières en crue ont aussi pu emporté ces armes vers des endroits qui n’étaient pas jusqu’à présent minés.
ruban marquant la limite d'un champ de mines

Un nouveau drame pour les populations sinistrées en Bosnie : près de 3 000 glissements de terrain dus aux inondations ont provoqué le déplacement de mines antipersonnel datant de la guerre de 1992-95. Les rivières en crue ont aussi pu emporté ces armes vers des endroits qui n’étaient pas jusqu’à présent minés. Une situation qui pourrait engendrer des conséquences dramatiques. Handicap International est en contact avec les autorités bosniennes pour évaluer les besoins d’une intervention.

Une catastrophe supplémentaire pour la Bosnie, qui subit depuis quelques jours, à l’instar de ses voisins, des inondations historiques dont le bilan s’élève à plus de 40 morts. En effet, les glissements de terrain et les cours d’eau ont fait remonter à la surface et charrié des mines antipersonnel datant de la guerre en ex-Yougoslavie (1992-1995). Un danger d’autant plus important que les panneaux d'avertissement signalant les zones où il y avait des champs de mines ont également été emportés par les eaux. Toute la cartographie de la contamination est à refaire. Trois nouvelles zones contenant des mines ont déjà été identifiées : Bosenska Krupa (nord-ouest), Visoko (centre) et Olovo (est), mais l’ampleur réelle du problème reste indéterminée.

Déjà une explosion de mine

Handicap International s’inquiète des conséquences tragiques pour les populations civiles : « Les mines emportées par les flots se sont maintenant déposées dans des zones inconnues, menaçant des communautés qui ne sont pas sensibilisées au danger que représente ces armes, s’alarme Gilles Delecourt, Directeur de l’action contre les mines à Handicap International. Une explosion de mine, heureusement sans conséquence, a déjà eu lieu près de Cerik, ce lundi 19 mai. Cet exemple montre la vulnérabilité des populations face à ce fléau. » L’association, qui a mené des actions de déminage en Bosnie jusqu’en décembre 2012, est en lien avec les autorités de Bosnie pour examiner les modalités d’une intervention.

La Bosnie est le pays le plus miné en Europe. Selon des chiffres officiels , depuis la fin de la guerre de 1992-1995, plus de 120 000 mines sont encore disséminées sur l’ensemble du territoire. Plus de 8 000 victimes de mines ou reste explosif de guerre ont été recensées depuis 1992 en Bosnie.
 

Pour aller plus loin

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Violences entre Gaza et Israël : les armes explosives provoquent de graves blessures invalidantes Mines et autres armes Réadaptation

Violences entre Gaza et Israël : les armes explosives provoquent de graves blessures invalidantes

Plus de trente personnes ont été tuées lors d’échanges de tirs de roquettes et de bombardements entre Gaza et Israël pendant le week-end. A Gaza, cette escalade de la violence pourrait engendrer un nouveau flot de blessés et ce, alors que les services chirurgicaux et de rééducation sont déjà débordés.  

«Faites entendre la voix des habitants de la Ghouta orientale !» Mines et autres armes Urgence

«Faites entendre la voix des habitants de la Ghouta orientale !»

Handicap International condamne les bombardements sans répit du quartier assiégé de la Ghouta orientale. L’augmentation des bombardements dans le quartier assiégé de la Ghouta orientale ces dernières 72 heures a causé plus de 200 morts parmi la population civile et des dommages importants aux infrastructures – particulièrement aux hôpitaux, aux cliniques et aux abris où la population tente de trouver refug