Go to main content

Handicap International envoie une équipe d’urgence en Equateur

Handicap International envoie une équipe de collaborateurs, parmi lesquels des spécialistes de l’urgence, dans ce pays d’Amérique du Sud qui a été lourdement frappé dimanche par un tremblement de terre d’une magnitude de 7,8 sur l’échelle de Richter.
Une femme pleure, en arrière plan il y a des urgentistes opèrent au milieu des débris

Handicap International envoie une équipe de collaborateurs, parmi lesquels des spécialistes de l’urgence, dans ce pays d’Amérique du Sud qui a été lourdement frappé dimanche par un tremblement de terre d’une magnitude de 7,8 sur l’échelle de Richter.

Alors que dans un premier temps, nos équipes présentes dans les pays voisins que sont la Bolivie et la Colombie, et dans lesquels notre organisation suit différents projets, se sont tenues en stand-by,  Handicap International envoie, maintenant, une équipe sur place. Quatre collaborateurs – parmi lesquels des spécialistes de l’urgence – évaluent les besoins dans les régions touchées par le tremblement de terre. Ils verront ensuite si et comment Handicap International pourra y répondre de façon appropriée, essentiellement au niveau de la revalidation et de la prévention d’un handicap permanent.

Le plus lourd tremblement de terre depuis 35 ans

Pendant la nuit de samedi 16 avril, l’Equateur a été réveillé par un tremblement de terre d’une magnitude de 7,8 sur l’échelle de Richter, le plus lourd dans le pays depuis plus de trois décennies. La région côtière fut la plus touchée.  353 morts et 2.658 blessés ont déjà été recensés. [1] Plus de 70.000 Equatoriens seraient directement concernés.

“Le nombre de personnes atteintes par le syndrome de compression est particulièrement élevé pendant les tremblements de terre ”, affirme Eric Weerts, spécialiste de l’urgence chez Handicap International. “De nombreuses personnes souffrent également de blessures pouvant mener à une amputation ou provoquer des lésions neurologiques ou de la moelle épinière qui peuvent être cause de paralysie. Lorsque les infrastructures médicales sont mal organisées ou tout simplement détruites, comme c’est le cas de l’hôpital de Manta situé dans la région de Maniba qui a été fortement touchée,  notre expertise  nous permet de veiller à ce que les blessés reçoivent les soins et les traitements appropriés.”

 

[1] OCHA, dernier update 19/04/2016, http://reliefweb.int/report/ecuador/ecuador-terremoto-18-de-abril-2016.

Pour aller plus loin

Téléphone en panne

Téléphone en panne

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. Nous mettons tout en oeuvre pour réparer la panne. En attendant, n'hésitez pas à nous envoyer un courriel à l'adresse info@belgium.hi.org

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. 

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.