Go to main content

Haïti : Un an et demi d’actions en images

18 mois après le 12 janvier 2010, les soins d’urgence ont fait place à la réadaptation, puis au retour à la maison. Mais pour les personnes souffrant désormais d’une infirmité permanente, il faut s’adapter à une vie nouvelle, apprendre à être autonome et être accepté dans la société. Un défi énorme que Handicap International s’attelle à relever.
Rose-Mika a le sourire : elle entame une formation à la couture.

18 mois après le 12 janvier 2010, les soins d’urgence ont fait place à la réadaptation, puis au retour à la maison. Mais pour les personnes souffrant désormais d’une infirmité permanente, il faut s’adapter à une vie nouvelle, apprendre à être autonome et être accepté dans la société. Un défi énorme que Handicap International s’attelle à relever.

Lire la présentation des projets menés par la section belge de Handicap International

Fin mai, Olivier Jourdain a passé quelques jours en Haïti. Il est parti à la rencontre des patients de Handicap International, muni de sa caméra. Il en ramène quatre courts-métrages. Quatre films pour éclairer quatre aspects de nos projets.

1) Après le séisme, nos kinés ont été soutenus par de jeunes Haïtiens qui ont progressivement découvert la fonction d’aide-kiné. Tina est de ceux-là.

2) Une période de troubles et d’insécurité a suivi le séisme. Le 3 février, Josué a reçu une balle, qui a traversé sa colonne vertébrale. Après 1 an et 3 mois passés à l’hôpital, Josué rentre aujourd’hui à la maison… Entre espoir et craintes.

3) Sainte-Hélène a été amputée suite au séisme. Après des mois à l'hôpital, elle a passé du temps au « Village des Vigoureux » afin de préparer le retour à la maison. Mais une fois chez elle, Sainte-Hélène devait aussi trouver un moyen pour gagner sa vie. Elle a choisi d’ouvrir un commerce de boissons.

4) Rose-Mika a été blessée lors du séisme et elle en garde des séquelles. Les patrons accepteront-ils de l’engager, elle qui est désormais handicapée ? Une dose de sensibilisation et d’adaptation peuvent aider à les convaincre… Rose-Mika a de la chance : elle va débuter une formation à la couture.

Pour aller plus loin

Téléphone en panne

Téléphone en panne

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. Nous mettons tout en oeuvre pour réparer la panne. En attendant, n'hésitez pas à nous envoyer un courriel à l'adresse info@belgium.hi.org

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. 

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.