Go to main content

Haïti: Intervention après la tempête Isaac

Urgence
Haïti
 Le dispositif de réponse rapide à l’urgence, mis en place par Handicap International en Haïti, a permis une intervention sans délai, qui a déjà bénéficié à 1.500 familles.
image apres le tempête en Haïti

Une intervention immédiate pour plus de 1 500 familles

Le dispositif de réponse rapide à l’urgence, mis en place par Handicap International en Haïti, a permis une intervention sans délai, qui a déjà bénéficié à 1.500 familles.

La tempête tropicale Isaac qui est passée sur Haïti dans la nuit du 24 au 25 août, a durement frappé certaines zones, notamment la côte sud et sud-est du pays, dans un contexte difficile pour la population haïtienne régulièrement touchée par des catastrophes naturelles, dont les images destructrices du tremblement de terre de 2010 reste encore gravées dans la mémoire des Haïtiens.
Handicap International est toujours présente sur place, avec notamment des actions de réadaptation, mais également un mécanisme de réponse rapide à l’urgence (RRM), mis en place pour faire face, avec les autorités locales, aux catastrophes qui affectent régulièrement Haïti.

A la veille de la tempête, une équipe d’urgence de Handicap International a été pré-positionnée à Jacmel dans le sud-est du pays. Dès le dimanche 26, les évaluations ont pu commencer. « Le principe même du dispositif que nous avons mis en place en lien avec la Direction de la Protection Civile haïtienne, est de permettre de procéder à une évaluation rapide des zones impactées dans les 24 heures suivant une catastrophe naturelle, … en s’appuyant sur les acteurs locaux (autorités, comités de la DPC…) préparés et formés pour réagir en cas de situation de crise », explique Aline Martin, chef de mission urgence en Haïti. Au lendemain de la tempête, deux autres équipes ont pu partir de Petit-Goâve, afin de mener des évaluations des besoins des populations affectées par Isaac.
Selon un bilan provisoire, 23 personnes ont trouvé la mort, 14.000 ont dû quitter leur maison.

« Nos équipes ont pu voir des maisons endommagées, des maisons partiellement détruites, d’autres dont le toit fait de tôles avait été arraché par la tempête, ou encore des maisons inondées. Dans le département du sud-est, le bétail et les cultures ont été particulièrement affectés, des plantations (bananiers, caféiers) ont subi d’énormes dommages mettant en péril l’activité économique localeset les ressources financières des familles».

Les évaluations ont été menées rapidement et la réponse à l’urgence a été immédiate. Le mardi suivant, des kits d’hygiène (savons, dentifrice, brosse à dent, serviette de toilette,…), des couvertures, des seaux, des tablettes de purification de l’eau ont été distribués. Aux personnes qui ont aussi perdu leur toit, des bâches et des cordes ont été proposées. En quelques jours, environ 1.500 familles ont reçu de l’aide, 350 autres familles devraient en recevoir dès cette semaine dans des zones encore rendues difficilement accessibles par voie terrestre à cause des rivières en crue et des ornières que l’eau a creusées sur les routes en terre.

Les équipes de Handicap International ont également mis en place une station de potabilisation pour la ville inondée de Baradères (département des Nippes) afin d’apporter de l’eau potable à la population suite aux infiltrations dans la source de captage. Cette station sera arrêtée quand l’eau du captage redeviendra saine et potable pour la population. En complément, les habitants de ce secteur ont reçu des plaquettes de purification de l’eau.

A Cote de Fer, un réservoir temporaire a été installé, complété par une motopompe et une rampe de distribution sur un puits public, afin de palier au réseau détruit, en attendant que le puits soit réparé. Ce dispositif devrait durer une dizaine de jours. Il permet de distribuer 10.000 litres par jour. Pour répondre aux besoins en eau de la ville, un second réservoir devrait être installé, afin de doubler la capacité de distribution d’eau.

De nouvelles évaluations vont être conduites dans les zones les plus affectées du département du sud-est où des maisons et des écoles sont partiellement ou complètement détruites afin de déterminer dans quelle mesure l’association pourrait apporter une réponse à moyen terme adaptée aux besoins des familles ayant perdu une partie de leur biens et de leurs ressources économiques en quelques heures.

Les équipes se sont démenées pendant plus d’une semaine pour apporter une première aide aux familles les plus sinistrées. Elles ont accompli un énorme travail !
 

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

HI aide les familles qui fuient le Vénézuela
© HI
Urgence

HI aide les familles qui fuient le Vénézuela

La Colombie accueille plus d’un million de Vénézuéliens qui ont quitté leur pays. HI apporte une aide d’urgence à ces populations vulnérables.

Irak : «Au fond de moi, je savais» Réadaptation Urgence

Irak : «Au fond de moi, je savais»

Abdel Rahman a été victime d’un bombardement à Mossoul. Désormais amputé d’une jambe, il vit avec sa famille dans le camp de déplacés de Hasansham. Handicap International (HI) l’accompagne.