Go to main content

Francine Katungu (9 ans)

République démocratique du Congo
Francine, qui a reçu une balle dans le genou n'a jamais pu marcher correctement. Elle ira en septembre prochain(2012) pour la première fois à l'école. Et elle a dès à présent un projet d'avenir bien précis : “Je veux devenir créatrice de mode.”

Francine, qui a reçu une balle dans le genou n'a jamais pu marcher correctement. Elle ira en septembre prochain(2012) pour la première fois à l'école. Et elle a dès à présent un projet d'avenir bien précis : “Je veux devenir créatrice de mode.”

Mars 2007, Francine, quatre ans à l'époque, et ses deux sœurs aînées sont seules à la maison quand des hommes en armes font irruption dans Buramba, leur village. Des dizaines de personnes ne survivent pas à ce qui a été plus tard qualifié de “massacre de Buramba”. Les sœurs de Francine sont tuées d'une balle.

“Nous, le reste de la famille, n'osions plus retourner au village”, raconte son père qui séjourne avec elle au Centre pour handicapés Shirika la Umoja de Goma. “Nous pensions que personne n'avait survécu à l'attaque. Cependant, la Croix-Rouge avait conduit Francine dans un hôpital, où nous l'avons retrouvée après deux interminables semaines de recherches. Ce fut un bonheur indescriptible.»
Il y a quelques temps, Francine a été amenée au centre par Handicap International car elle marchait avec difficulté. Au cours de l'attaque, elle a reçu une balle dans le genou et sa jambe a mal évolué. Handicap International a pu corriger ce défaut grâce à un plâtre et des soins de kinésithérapie. Elle a aussi reçu une orthèse qui rendra définitive la correction et lui permettra de nouveau de marcher normalement.

Quand on demande à Francine si elle est contente de pouvoir enfin jouer avec les autres enfants, elle hausse les épaules. Elle est surtout heureuse de pouvoir enfin aller à l'école. Elle n'avait jamais franchi le seuil d'une l'école car sa famille n'a jamais eu les moyens de payer ses frais de scolarité. Handicap International a pris en charge les frais dus pour la nouvelle année scolaire et a procuré à Francine un jeu de fournitures scolaires . Sa famille a aussi reçu un kit d’hygiène . L’association aide aussi son père à créer un petit commerce de vêtements d’occasion. C'est ce qui semble avoir inspiré Francine: “Plus tard, je veux devenir créatrice de mode, ainsi je pourrai faire de belles robes pour moi-même.”
 

Pour aller plus loin

« La pauvreté est là. La misère est totale. » Urgence

« La pauvreté est là. La misère est totale. »

La crise du Kasaï, en République démocratique du Congo, dure depuis plus d’un an. Elle affecte plus de 2 millions de personnes et ne fait qu’empirer. Bakary Traoré coordonne les différentes actions de HI sur le terrain. Il explique la gravité de la situation.
Accoucher en toute sécurité à Bumbu Prévention Santé

Accoucher en toute sécurité à Bumbu

Au Congo, une maman sur 137 décède pendant l’accouchement. En Belgique, ce chiffre est de 1 pour 16.600. Pourtant, il est relativement simple de faire baisser ce chiffre. La preuve est faite au centre médical de Bumbu, où Handicap International donne des formations et du matériel depuis plusieurs années déjà. « Depuis le mois de janvier, aucune maman n’est morte ici. »

« Le handicap, ce n’est pas dans la tête » Insertion

« Le handicap, ce n’est pas dans la tête »

Eugénie Kabeya est créatrice de mode et l’une des coutières les plus fréquentées de Kinshasa. Installée à Bandalungwa, l’une des 24 communes de la capitale, cette femme dynamique de 40 ans, handicapée depuis l’âge de cinq ans suite à une polio, assume seule la charge des six personnes qui partagent son domicile. Quatre générations se mêlent dans cet atelier du cœur de Kinshasa.