Go to main content

Femmes et handicap : l’injustice d’une double discrimination

Droits
Les femmes en situation de handicap sont deux fois plus menacées par les violences domestiques que les autres femmes. Parce que « être femme et handicapée, c’est trop souvent une double discrimination, notre devoir est d’intervenir pour faire cesser cette injustice », soutient Muriel Mac-Seing, qui traite des questions de violence liée au genre chez Handicap International.
Mbetsa assise dans sa maison

Les femmes en situation de handicap sont deux fois plus menacées par les violences domestiques que les autres femmes[1]. C’est pour défendre leur cause et à l’occasion de la Journée Internationale de la Femme, vendredi 8 mars, que Handicap International prendra la parole lors de la 57ème commission sur le Statut de la Femme des Nations Unies. Parce que « être femme et handicapée, c’est trop souvent une double discrimination, notre devoir est d’intervenir pour faire cesser cette injustice », soutient Muriel Mac-Seing, qui traite des questions de violence liée au genre chez Handicap International.

Les femmes handicapées représentent 19,2% de la population féminine mondiale. Malgré leur nombre, leur situation précaire n’attire pas assez l’attention. Pourtant, les rares études qui existent, montrent clairement la vulnérabilité de ces femmes. Par exemple : 80 % des femmes ayant un handicap dans les zones rurales asiatiques n’ont pas les moyens de subvenir à leurs besoins[2], et sont dépendantes de leurs proches. L’expérience de Handicap International sur le terrain montre également que les femmes en situation de handicap souffrent de la violence et sont également exclues des services de base (éducation, santé, travail, protection).

Violence

Les personnes handicapées ont 130 %[3] plus de risques d’être victimes de violence que des personnes valides.[4] Pour les femmes handicapées, ce sont les problèmes de violence domestique (2 fois plus de risques) et sexuelle qui sont les plus connus. « Le risque de violence sexuelle pour les femmes est d’autant plus élevé que leur handicap implique généralement une grande proximité et dépendance avec un ou plusieurs adultes de leur entourage et parce que des stéréotypes sociaux et culturels font que les femmes et les filles n’ont pas le droit de gérer leur propre vie sexuelle et santé reproductive», explique Muriel Mac-Seing, qui traite des questions de VIH/sida et de protection à l’enfance et contre les violences liées au genre chez Handicap International.

« Dans des provinces en Afrique par exemple, je vois souvent des  femmes handicapées être abusées sexuellement : leurs familles ne disent rien et sont souvent complices en taisant l’événement de peur d’être stigmatisées elles-mêmes. Elles partent du principe que ces femmes n’ont aucun droit et ne peuvent donc pas refuser une relation sexuelle, même si l’homme est saoul, agressif ou séropositif. L’infection au VIH et les grossesses non désirées sont des problèmes majeurs pour les femmes et les filles handicapées. »

« Et parfois, des femmes en situation de handicap peuvent êtres stérilisées de force et obligées d’abandonner une grossesse volontaire avec l’excuse paternaliste ‘‘c’est pour leur propre bien’’ »,déplore Muriel.Une étude faite par les Nations Unie montre qu’à Odisha (Inde) 6 % des femmes handicapées ont été stérilisées contre leur gré.

Discrimination et stigmatisation

« Il n’y pas que la violence directe », souligne Muriel. « Les femmes en situation de handicap sont souvent exclues des services de base, comme la santé, l’éducation ou n’ont pas droit au travail. » Une étude dans la Province de l’Ouest Rwanda réalisée par Handicap International[5] révèle une spirale vicieuse. La privation du droit à la scolarisation renfonce l’ignorance de leurs droits et donc l’acceptation des situations dégradantes et violentes. En plus, la vulnérabilité économique, liée au genre et au handicap, crée un environnement propice aux maltraitances et exacerbe la paupérisation des personnes handicapées touchées ainsi que de leurs familles.

Agir

« Agir contre les violences faites aux femmes et filles handicapées doit donc être une des priorités dans les actions des Nations-Unies »,soutient Muriel au nom de l’International Disability and Development Consortium (IDDC), qui prendra la parole le 11 mars lors de la 57ème Commission des Nations-Unies sur le statut de la Femme  qui se tient du 4 au 15  mars à New York. Au sein de cette commission, l’IDDC recommandera entre autres un égal accès aux services d’aide. « Trop souvent les fournisseurs de services  en matière d’aide à la violence, ne collectent pas d’informations spécifiques, concernant les handicapées et n’ont pas les compétences pour fournir une réponse adaptée à la population féminine en situation de handicap », explique Muriel.

Ceci est le cas dans un contexte de crise. « Dans une situation d’urgence, par exemple dans des camps de réfugiés, les femmes sont extrêmement vulnérables. C’est d'autant plus le cas pour les femmes avec une mobilité réduite», souligne Hélène Robin, responsable de programmes d’urgence pour Handicap International. « Non seulement les services ne sont pas adaptés à leurs besoins spécifiques (elles ne peuvent pas se déplacer et n’ont pas accès aux distributions de nourriture ou à d’autres biens de première nécessité, les latrines ne sont pas accessibles), le risque qu’elles deviennent victimes d’une violence ou de toute autre forme d’exploitation est beaucoup plus élevé. Voilà pourquoi Handicap International veille à ce que ces personnes, les plus vulnérables, parmi lesquelles aussi les femmes enceintes, les femmes seules, puissent avoir accès aux soins et aux distributions, afin qu’elles ne soient pas davantage fragilisées ».

« En outre, les femmes en situation de handicap dans les contextes d’urgence sont pour une grande partie les femmes ayant des incapacités intellectuelles et des incapacités sensorielles voire incapacités psychiques », dit Hélène Robin. Ces femmes, par exemple sourdes – muettes, ne peuvent pas appeler à l'aide en cas de besoin, ne peuvent exprimer leurs besoins dans la mesure où elles ne seront pas bien comprises (ce qui fait d’elles des cibles privilégiées à ce titre). De même, elles peuvent ne pas être considérées comme témoins fiables lorsqu'elles ont été victimes de violences ou d’abus, lorsqu’elles ont une incapacité intellectuelle ou encore des problèmes de santé mentale... Ces femmes doivent donc être particulièrement protégées dans des contextes d’urgence ».



[1] Violence against Women Report, 2012, United Nations Women

[2]Economic and Social Commission for Asia and the Pacific, Bangkok, 2003

[3]Lisa Jones and Al., Prevalence and risk of violence against children with disabilities: a systematic review and meta-analysis of observational studies, The Lancet, 12/06/2012.

[4]  70% des femmes subissent une forme de violence au cours de leur vie, 50% des abus sexuels touchent les filles de moins de 16 ans (source : UN Women, 2013)

[5]“Santé mentale communautaire et violences liées au genre dans la Province Ouest du Rwanda” Olivia Névissas, Handicap International, Juin 2012.

Pour aller plus loin

Les femmes handicapées contre la violence  Droits Prévention

Les femmes handicapées contre la violence

Une femme sur trois subit des violences physiques, psychologiques ou sexuelles. Les femmes handicapées sont particulièrement exposées à ces types de violence. Mais avec l'appui de Handicap International, elles font entendre leur voix pour que les choses changent.
Handicap International soutient ‘She Decides’ Santé

Handicap International soutient ‘She Decides’

Plus de 40 Etats, des entreprises et des associations, dont Handicap International, se réuniront ce jeudi 2 mars à Bruxelles dans le cadre de la conférence "She decides". Cette conférence a pour but de permettre aux organisations actives dans les pays en développement de poursuivre leur travail de planning familial et de promotion des droits des femmes, après les mesures anti-avortement du gouvernement américain.
Armer les femmes contre la violence Droits

Armer les femmes contre la violence

Dans le monde, plus d’une femme sur trois est exposée à des actes de violences. Et les femmes handicapées sont encore plus vulnérables face à ces risques. Handicap International sensibilise les femmes à cette thématique et assure un soutien médical et psychologique auprès des victimes.