Go to main content

Favoriser l’accès aux soins pour les blessés médullaires

Réadaptation
Dans le monde, plus de 250 000 personnes, victimes d’accidents de la route, de chutes ou de violence, souffrent de blessures médullaires, qui entrainent souvent un handicap. Depuis plus de 25 ans, Handicap International, en collaboration avec la International Spinal Cord Society (ISCOS), vise à apporter des soins de réadaptation de qualité aux blessés, à renforcer leur intégration sociale et à les aider à trouver un emploi.
Un kinésithérapeute de Handicap International réalise un exercice à l'aide d'une balle avec un jeune garçon qui s'appuie sur des béquilles. Le garçon porte aussi des orthèses aux deux jambes.

Dans le monde, plus de 250 000 personnes, victimes d’accidents de la route, de chutes ou de violence, souffrent de blessures médullaires, qui entrainent souvent un handicap. Depuis plus de 25 ans, Handicap International, en collaboration avec la International Spinal Cord Society (ISCOS), vise à apporter des soins de réadaptation de qualité aux blessés, à renforcer leur intégration sociale et à les aider à trouver un emploi.

Chaque année, dans le monde, plus de 250.000 personnes souffrent de lésions de la moelle épinière affirme l'Organisation monidale de la Santé; des blessures qui entrainent une paralysie totale ou partielle des membres et du tronc.

« Plus de 9 fois sur 10, ces lésions sont dues à des causes évitables (accidents de la circulation, chutes ou actes de violence), et peuvent entrainer des handicaps sévères, ou même des décès prématurés. Difficulté d’accès aux soins de réadaptation – dont la qualité n’est pas toujours assurée, manque d’accès à l’éducation ou à un emploi, exclusion sociale : les personnes handicapées doivent faire face à de nombreux défis. Sans parler de l’aspect traumatisant de l’accident : dans de nombreux cas, les personnes affectées se retrouvent handicapées du jour au lendemain. C’est très difficile à accepter pour eux et pour leur entourage », explique Eric Weerts, expert en urgence et réadaptation chez Handicap International.

Handicap International intervient depuis 1989 auprès des personnes atteintes de blessures médullaires. « D’une part, nous prévenons les risques de blessures médullaires : nous voulons éviter les accidents menant à une blessure médullaire, ainsi que leurs conséquences. Nous avons notamment formé d’anciennes victimes d’accidents de la route atteintes de lésions de la moelle épinière afin qu’elles sensibilisent les élèves sur l’insécurité routière » ajoute Eric.

De la prévention et des soins adaptés à tous

Handicap International détient une expérience de plus de 25 ans dans la mise en place de centres de réadaptation pour blessés médullaires et de prise en charge des victimes. L’association a notamment créé un centre de réadaptation pour blessés médullaires à Battambang, au Cambodge, ainsi qu’un centre de réadaptation à Ho Chi Minh, au Vietnam.

De plus, à la demande des autorités sanitaires nationales, Handicap International met également en place des systèmes de soins adaptés proposant aux blessés médullaires des séances de réadaptation, un soutien psychosocial (pour les blessés ainsi que pour leur famille), et favorisant leur intégration dans la société.

L’association sensibilise également les autres acteurs de soins médullaires afin de renforcer l’intégration des personnes handicapées dans la société.Au Vietnam, l’association a notamment créé, à partir de Ho Chi Minh, un programme national de prise en charge de blessés médullaires, comprenant 9 centres de réadaptation. Ce programme est intégré dans la politique de santé nationale [1]. Ce modèle, qui propose de décentraliser les soins afin qu’ils soient accessibles à tous, a été un exemple et une ressource technique pour d’autres pays voisins du Vietnam [2].

Les conflits et les catastrophes naturelles causent aussi des lésions médullaires

Handicap International, en partenariat avec ISCOS, intervient également dans les situations d’urgence et de conflits : « Trop souvent, nous constatons que les règles de base de la protection des civils en zones de guerre ne sont pas respectées. En plus des blessures courantes (fractures, …), de nombreux civils victimes de bombardements sont atteints de blessures médullaires. De plus, de nombreuses personnes handicapées ne bénéficient pas d’une prise en charge adaptée, et leurs besoins immédiats (santé, réadaptation, suivi) et plus complexes (douleur, incontinence, perte de mobilité), ne sont pas comblés. Nous collaborons afin de déterminer des critères standards de prise en charge des plus vulnérables parmi eux dans ces contextes d’urgence. Pour nous, c’est une priorité », complète Eric Weerts.

Handicap International a apporté des soins de réadaptation aux blessés médullaires victimes de séismes en Turquie, au Pakistan, en Chine, en Haïti et au Népal, en renforçant leur intégration sociale et en les accompagnant durant le processus de reconstruction du pays (droit à une compensation financière, accessibilité de leur maison,…). L’association a également sensibilisé les acteurs humanitaires afin que leurs services soient accessibles aux blessés médullaires.

 [1] Avec la collaboration du réseau de de la Blessure Médullaire Asiatique (ASCON).
[2] Par le biais du Centre National de Réhabilitation à l’Hôpital de Bach Mai de Hanoi.

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.