Go to main content

Falhado trouve enfin un refuge à Dadaab

La prise en charge des plus vulnérables, priorité absolue pour les équipes de Handicap International présentes dans les camps de Dadaab au Kenya.
Falhado et son enfant

La prise en charge des plus vulnérables, priorité absolue pour les équipes de Handicap International présentes dans les camps de Dadaab au Kenya.

Paul est Kenyan, il est venu de Nairobi pour travailler avec Handicap International comme chef d’équipe dans l’un des trois centres de réception des réfugiés de Dadaab. Ce matin, il a pris en charge Falhado, exclue par sa famille après avoir accouché il y a quelques semaines d’un enfant né d’un viol. « Un homme s’est adressé à moi pour me demander de venir en aide à cette jeune fille. Il m’a expliqué l’avoir rencontrée sur la route vers la frontière Kenyane. »

Falhado parle très peu et ose à peine regarder les personnes autour d’elle. Grâce à l’intervention de Paul, elle est accompagnée tout au long du processus d’enregistrement et est immédiatement conduite vers une ONG partenaire qui prend en charge les questions de violence sexuelle. Elle recevra des soins médicaux et psychothérapeutiques dès aujourd’hui et les équipes de Handicap International retourneront la voir régulièrement pour s’assurer qu’elle reçoit l’accompagnement indispensable à sa santé et sa sécurité.

Pour aller plus loin

Téléphone en panne

Téléphone en panne

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. Nous mettons tout en oeuvre pour réparer la panne. En attendant, n'hésitez pas à nous envoyer un courriel à l'adresse info@belgium.hi.org

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. 

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.