Go to main content

Faire la différence sur le long terme

Réadaptation
Népal
Handicap International est venue en aide à plus de 19 000 personnes affectées par le séisme qui a frappé le Népal le 25 avril 2014. Quatre ans plus tard, l'association continue de faire la différence pour les victimes.
Deux jeunes népalaises de +/-12 ans, toutes les deux ayant une prothèse, discutent assises dans l'herbe

Handicap International est venue en aide à plus de 19.000 personnes affectées par le séisme qui a frappé le Népal le 25 avril 2015. Quatre ans plus tard, l'association continue de faire la différence pour les victimes.

Ce violent séisme avait tué plus de 8.000 personnes et blessé plus de 22.000 autres. Handicap International (HI), présente au Népal depuis 2000, avait lancé une intervention d’urgence afin de venir en aide aux victimes.

« Suite au séisme, HI est notamment venue en aide à de nombreuses victimes qui avaient eu des fractures ou des douleurs musculo-squelettiques, ainsi que des séquelles à plus long terme (amputations, lésions à la moelle épinière, etc.). Nous avons aussi entamé de nouvelles collaborations avec les autorités qui ont permis d’assurer l’accès aux soins de réadaptation pour les personnes vivant dans des districts reculés ou inaccessibles. Quatre ans plus tard, la situation s’est stabilisée pour de nombreux patients, mais nous continuons de mener des soins de réadaptation pour ceux qui en ont besoin», explique Willy Bergogne, directeur de Handicap International au Népal.

Le bilan de l'aide

Depuis le 25 avril 2015, l’association a mené plus de 42.000 séances de réadaptation et de soutien psychologique auprès de plus de 19.000 personnes et a fourni 7.000 prothèses, orthèses, etc. aux personnes blessées. HI a également distribué plus de 4.300 kits comprenant des tentes, kits de cuisine, etc., auprès de plus de 2.200 familles. Handicap International a aussi géré le stockage et le transport de plus de 5.400 tonnes de matériel humanitaire dans les villages reculés .

Plus de 1.500 ménages affectés par le séisme ont reçu un soutien financier pour relancer une activité professionnelle (élevage de chèvres, petit magasin, etc.). De plus, durant l’hiver 2015, l’association a distribué des vêtements chauds, des couvertures, etc. à plus de 9.000 personnes fragilisées suite au séisme. Enfin, HI a aussi permis aux personnes les plus fragiles d’avoir accès aux services humanitaires (éducation, soins de santé, etc.) des autres organisations, et a sensibilisé plus de 3.000 personnes  afin qu’elles tiennent compte des personnes les plus fragiles dans la gestion des risques de catastrophes naturelles.

Un soutien durable

Aujourd’hui, l’équipe de Handicap International au Népal est composée de 80 personnes. L’association est active dans 53 districts, et maintient son soutien auprès des victimes du séisme :

  • HI soutient toujours sept centres de réadaptation dans les six zones les plus affectées par le séisme
  • HI aide toujours les victimes à retrouver une nouvelle activité professionnelle
  • HI vise à ce que les plus vulnérables soient pris en compte dans les plans de préparation aux catastrophes naturelles
  • HI intervient toujours suite à des catastrophes et mène notamment des séances de réadaptation d’urgence auprès de plus de cent personnes affectées par la tornade qui a frappé le sud du Népal ce 31 mars dernier
  • L’association mène d’autres projets de développement, et favorise notamment l’accès à l’école pour les enfants handicapés

Découvrez la vie de Nirmala et Khendo en vidéo.

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp » Réadaptation

Bangladesh : « Nous dépendons de l’aide offerte dans le camp »

Hamas est atteint d'infirmité motrice cérébrale depuis l’âge d’un an, mais, en l’absence de suivi médical, le diagnostic est tombé trop tard. Aujourd'hui, il vit dans un camps de réfugiés au Bangladesh et est suivi par l'équipe de Handicap International.

Irak : «Au fond de moi, je savais» Réadaptation Urgence

Irak : «Au fond de moi, je savais»

Abdel Rahman a été victime d’un bombardement à Mossoul. Désormais amputé d’une jambe, il vit avec sa famille dans le camp de déplacés de Hasansham. Handicap International (HI) l’accompagne.