Go to main content

Ebola : en action face au virus

Santé Urgence
Libéria Sierra Leone
Handicap International met en place des actions spécifiques pour enrayer la propagation de l’épidémie. Adam Huebner décrit la situation sur place.

L’épidémie de fièvre Ebola qui s’est déclarée en  Guinée en mars dernier  s’est rapidement  propagée à la Sierra Léone et au Libéria voisins. Selon l’Organisation mondiale de la santé, 1600 cas ont été recensés, dont 887 mortels.[1] L’épidémie, la plus meurtrière jamais enregistrée, continue de se propager de manière inquiétante. Le Libéria et la Sierra Léone ont tous deux imposé des restrictions de déplacements et des mesures de mise en quarantaine très strictes. Les  activités de Handicap International ont été partiellement suspendues dans ces deux pays. Dans le même temps, l’association, en collaboration avec des associations locales de personnes handicapées, met en place des actions spécifiques pour enrayer la propagation de l’épidémie. Adam Huebner décrit la situation sur place.

La semaine dernière, les équipes de Handicap International en Sierra Leone et au Libéria ont profité des activités menées dans le cadre des projets de santé maternelle et infantile pour relayer des messages de prévention. En Sierra Leone, le personnel de 42 centres de santé, et de 10 ONGs locales, répartis dans 3 districts, a  ainsi pu être sensibilisé aux moyens d’identifier les symptômes du virus Ebola, à ses vecteurs de transmission, et aux différentes actions à entreprendre en cas de contamination suspectée. Des centaines de brochures informatives ont également été distribuées auprès de 8 organisations partenaires dans les districts de Kenema et Kailahun.

Mise en quarantaine dans certaines zones de Monrovia

Mais le virus continue de se propager : des cas ont été détectés largement hors des zones initiales de contamination. « C’est au Libéria que la situation est la plus compliquée pour nos équipes, explique Adam Huebner, coordinateur santé pour Handicap International. 109 personnes sont déjà mortes du virus à Monrovia. L’un de nos collègues habite dans un quartier sous le coup d’une mesure de mise en quarantaine parce qu’un cas a été détecté à quelques rues de chez lui. Concrètement, une telle mesure signifie que la police installe des contrôles qui empêchent toute personne non autorisée à entrer ou sortir de ce quartier, et des patrouilles qui invitent les habitants à rester à l’intérieur de leur maison. Des distributions de nourriture devraient alors intervenir pour alimenter les habitants. Selon le protocole suivi par les autorités, cette mesure pourrait durer une vingtaine de jours. »

Etat d’urgence en Sierra Léone

En Sierra Léone l’état d’urgence décrété par le Président a lui aussi des conséquences directes sur les activités de Handicap International et sur la vie quotidienne de l’ensemble de la population. « Avant-hier [lundi 4 août] toute circulation a été interdite par le gouvernement, et la police et les militaires ont patrouillé dans les rues, interpellant toute personne qui s’aventurait hors de chez elle. Aujourd’hui nous pouvons à nouveau nous déplacer, mais le gouvernement demande aux ONGs de concentrer leurs actions sur la lutte contre le virus. Toute autre activité impliquant des déplacements ou des réunions doit être évitée. Nous avons rencontré  hier avec nos partenaires, notamment la Commission Nationale des Personnes Handicapées, pour mettre en place des campagnes de sensibilisation, relayées par les  associations de personnes handicapées dans et atour de Freetown. Ces actions seront menées dans les jours prochains et les messages seront également transmis au travers de chansons, scénettes de théâtre, temps de discussion… Notre objectif est de faire en sorte que ces messages atteignent  véritablement les populations, y compris les personnes les plus vulnérables comme les celles  atteintes de déficiences auditives ou visuelles qui d’une part ne reçoivent pas facilement les messages et d’autre part se trouvent particulièrement exposées puisqu’elles ont recours au toucher pour s’orienter ou communiquer.

« Ici à Freetown nous avons encore le sentiment que le virus reste à une distance raisonnable, mais si des cas plus nombreux [6 cas ont pour l’instant été confirmés à Freetown] était détectés dans les quartiers à forte densité, les risques de contamination seraient  très élevés, c’est pourquoi ces actions de prévention sont si importantes. Nos équipes et nos partenaires ne cèdent heureusement pas à la panique, mais nous avons tout de même du mettre en place des mesures de précaution relativement contraignantes. Nous n’utilisons plus les transports en commun par exemple. Nous voyons bien que tout le monde, toute activité, sont  directement affectés  par la situation. Il est difficile de penser à autre chose ne serait-ce que pour quelques minutes. J’étais à l’aéroport vendredi pour accompagner ma femme, qui est enceinte et qui a finalement pu quitter le pays, mais la situation là-bas était vraiment impressionnante. Un dispositif de sécurité très important a été déployé et un grand nombre de personnes  tentent de quitter le pays alors que certaines  compagnies d’aviation ont decidé de suspendre temporairement leurs vols. »

 

Adam Huebner, est basé à Freetown. Il travaille en tant que coordinateur santé et réadaptation pour le programme Sierra Léone et Libéria de Handicap International depuis février 2014. Adam est diplômé en anthropologie (université du Wisconsin, Etats-Unis) et en santé publique / épidémiologie (université Chulalongkorn, Bangkok, Thaïlande).



[1] OMS – 04 juillet 2014 - http://www.who.int/csr/don/2014_08_04_ebola/en/

 

Pour aller plus loin

HI aide les familles qui fuient le Vénézuela
© HI
Urgence

HI aide les familles qui fuient le Vénézuela

La Colombie accueille plus d’un million de Vénézuéliens qui ont quitté leur pays. HI apporte une aide d’urgence à ces populations vulnérables.

Irak : «Au fond de moi, je savais» Réadaptation Urgence

Irak : «Au fond de moi, je savais»

Abdel Rahman a été victime d’un bombardement à Mossoul. Désormais amputé d’une jambe, il vit avec sa famille dans le camp de déplacés de Hasansham. Handicap International (HI) l’accompagne.

Rwanda : 25 ans après le génocide Santé

Rwanda : 25 ans après le génocide

A partir du 7 avril, le Rwanda commémore le génocide durant lequel hommes, femmes, enfants ont été torurés, violés, massacrés. En trois mois, plus de 800 000 personnes furent tuées. Une violence incompréhensible qui laisse des traces indélébiles, vingt-cinq ans plus tard.