Go to main content

Des tap-tap pour tout le monde

Les bus collectifs appelés tap-tap, sont le moyen de transport le plus utilisé par les Haïtiens. Petites estafettes mal équipées, ils sont très souvent difficiles d’accès pour les personnes handicapées et constituent un frein à leur mobilité, et donc à leur intégration sociale et économique. Handicap International conduit un projet pilote de mise en accessibilité d’un bus collectif et accompagne une commune de Port-au-Prince pour rendre accessible une station de tap-tap.

Les bus collectifs appelés tap-tap, sont le moyen de transport le plus utilisé par les Haïtiens. Petites estafettes mal équipées, ils sont très souvent difficiles d’accès pour les personnes handicapées et constituent un frein à leur mobilité, et donc à leur intégration sociale et économique.

Handicap International conduit un projet pilote de mise en accessibilité d’un bus collectif et accompagne une commune de Port-au-Prince pour rendre accessible une station de tap-tap.

La cellule accessibilité de Handicap International constituée d’architectes, d’ingénieurs et d’un ergothérapeute a lancé un projet qui a pour but d’améliorer l’accessibilité des transports en commun. Un atelier a été organisé avec une université formant des architectes pour les faire réfléchir à l’aménagement d’un arrêt de tap-tap à Port-au-Prince. Un concours d’idée a été lancé auprès de 3 écoles professionnelles pour les amener à imaginer des aménagements pouvant faciliter l’accès au tap-tap pour les personnes à mobilité réduite. Les premières images sont attendues au début du printemps, avant de passer aux réalisations concrètes. Un premier prototype doit être prêt en septembre 2014.

Pour aller plus loin

Téléphone en panne

Téléphone en panne

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. Nous mettons tout en oeuvre pour réparer la panne. En attendant, n'hésitez pas à nous envoyer un courriel à l'adresse info@belgium.hi.org

Vous essayez de nous joindre par téléphone ? Malheureusement, notre ligne téléphonique est en dérangement. 

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.