Go to main content

Des structures de santé touchées par des frappes aériennes

Mines et autres armes Urgence
Le 27 avril dernier, un hôpital a été touché lors d'une frappe aérienne de la coalition menée par l'Arabie Saoudite.Il se trouve à 20 mètres d'un centre de réadaptation auquel Handicap International (HI) apporte son soutien. L'organisation condamne cette attaque et demande à toutes les parties prenantes de protéger les infrastructures de santé, leurs équipes ainsi que leurs patients.
Une kinésithérapeute de HI examine le moignon d'un adolescent de 16 ans, amputé de la jambe droite. Un homme assis à côté d'eux tient une prothèse. Photo en noir et blanc

Le 27 avril dernier, un hôpital a été touché lors d'une frappe aérienne de la coalition menée par l'Arabie Saoudite.Il se trouve à 20 mètres d'un centre de réadaptation auquel Handicap International (HI) apporte son soutien. L'organisation condamne cette attaque et demande à toutes les parties prenantes de protéger les infrastructures de santé, leurs équipes ainsi que leurs patients.

Vendredi 27 avril 2018 à 22h40, lors d’une frappe aérienne de la coalition menée par l’Arabie Saoudite, le Centre National de Transfusion Sanguine et de Recherche de l’hôpital Al Sabeen a été touché. Il se trouve à 20 mètres du Premier Centre de Kinésithérapie, auquel HI apporte son soutien. Personne n’a été tué ni blessé. Le centre figurait parmi la liste des bâtiments à préserver ; sa capacité de fonctionnement est désormais limitée.

77% des victimes du conflit sont des civils !

Notre association assure des soins de rééducation et apporte du soutien psychosocial dans huit structures de santé au sein de la ville de Sana’a et du gouvernorat de Sanaa. HI fournit aussi des aides à la mobilité, et plus récemment, des prothèses et orthèses à destination des mutilés de guerre et des personnes les plus vulnérables. Parmi ces 8 infrastructures de santé que HI soutient depuis août 2017, un appui tout particulier est apporté au Premier Centre de Kinésithérapie, situé à l’hôpital Al Sabeen, un des plus importants à Sana’a.

Au Yémen, en 2017, 2169 personnes ont été tuées ou blessées par des armes explosives, dont 77% étaient des civils [1]. Avec la campagne « Stop Bombing Civilians », HI appelle toutes les parties prenantes à agir immédiatement pour réduire le danger et protéger les civils qui subissent les conflits, en mettant fin à l’utilisation des armes explosives en zones peuplées et en apportant de l’aide aux victimes.

Depuis le début du conflit en 2015 HI a assuré plus de 15 000 sessions de réeducation et de soutien psychosocial, et a distribué plus de 10 000 appareils d’aide à la mobilité.

[1] Action on Armed Violence (AOAV) - https://aoav.org.uk/explosiveviolence/yemen/ and  Action On Armed Violence (AOAV) report The burden of harm : monitoring explosive violence in 2017

Une petite vidéo pour en savoir plus sur le conflit au Yémen

Pour aller plus loin

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

Irak : «Au fond de moi, je savais» Réadaptation Urgence

Irak : «Au fond de moi, je savais»

Abdel Rahman a été victime d’un bombardement à Mossoul. Désormais amputé d’une jambe, il vit avec sa famille dans le camp de déplacés de Hasansham. Handicap International (HI) l’accompagne.

Violences entre Gaza et Israël : les armes explosives provoquent de graves blessures invalidantes Mines et autres armes Réadaptation

Violences entre Gaza et Israël : les armes explosives provoquent de graves blessures invalidantes

Plus de trente personnes ont été tuées lors d’échanges de tirs de roquettes et de bombardements entre Gaza et Israël pendant le week-end. A Gaza, cette escalade de la violence pourrait engendrer un nouveau flot de blessés et ce, alors que les services chirurgicaux et de rééducation sont déjà débordés.