Go to main content

Cuba: Témoignage de Oreste et Elsa

Insertion
Cuba
Oreste, 11 ans, s’avance à l’entrée de sa maison, un peu intimidé par le monde qui lui rend visite ce matin-là. Puis un large sourire fend son visage quand il reconnaît Elsa. Elsa est « activiste » et vient lui rendre visite plusieurs fois par semaine depuis presque deux ans maintenant. « Il avait 9 ans et au début, il était très renfermé. Maintenant, il est beaucoup plus ouvert, plus sociable. »
Témoignage de Oreste et Elsa

Oreste, 11 ans, s’avance à l’entrée de sa maison, un peu intimidé par le monde qui lui rend visite ce matin-là. Puis un large sourire fend son visage quand il reconnaît Elsa. Elsa est « activiste » et vient lui rendre visite plusieurs fois par semaine depuis presque deux ans maintenant. « Il avait 9 ans et au début, il était très renfermé. Maintenant, il est beaucoup plus ouvert, plus sociable. »

«Oreste a eu une infection deux joursaprès sa naissance, ajoute sa maman. Son système nerveux a été touché. Ons‘est rendu compte qu’il ne parvenait pasà tenir la tête droite. Jusqu’à un an, il devaitvoir le médecin tous les 15 jours. Ila aussi dû faire de la kiné et il a commencéà marcher vers 3 ans. C’était difficile pour moi, je voyais seulement ce que mon fils ne pouvait pas faire. A l’école, c’était très dur. Je devais rester à côté d'Oreste pendant la classe, il avait besoin de bouger tout le temps. On peut dire que j’ai refait ma préscolaire! Et puis finalement, on a décidé qu'il resterait à la maison. Une institutrice venait deux jours par semaine. Au début, il ne voulait pas la voir. Et maintenant, ça se passe bien. Il a commencé à faire des progrès quand les activistes sont arrivées. »

Elsa poursuit : « J'ai travaillé à partir d'activités qu'il aimait bien. Il adore s'occuper des poules et des pigeons. Et puis,on joue beaucoup aussi. Avec des dominos par exemple. Ca l'aide à fixer son attention,à mieux manipuler les objets.Maintenant il parvient à s'habiller seul età fixer ses lacets. Bon, ce n'est pas encore un noeud à boucles, mais ses chaussures tiennent et c'est l'important. Maintenant qu’Oreste a beaucoup changé, il pour raitaller dans l’enseignement spécialisé et retournerà l’école avec d’autres enfants

Délaissant ses dominos, le petit garçonvient s’asseoir sur les genoux de sa maman, installée sur le fauteuil à basculesous le patio. Elle le serre contre lui :« Lui et moi, on est unispour un bien. Il est ma forceet je suis la sienne ! » reçu des matelas, des draps, des biensde première nécessité. Nous avons aussihabité un logement temporaire en attendantque notre maison soit reconstruite.»Handicap International a participé à la reconstruction de 850 maisons en veillant particulièrement à fournir des toits solides et mieux adaptés aux conditions climatiques,dans la province de Pinar del Riomais aussi dans la province de Holguin,également touchée lors du passage d’Ike.

Pour aller plus loin

Ramesh : un courage immense ! Insertion Réadaptation

Ramesh : un courage immense !

25 avril 2015, la terre tremble au Népal. Ramesh, 18 ans, se retrouve prisonnier des décombres. Il perd ses deux jambes. Après avoir suivi des séances de réadaptation et reçu des prothèses avec le soutien de Handicap International (HI), il remarche et s’entraine pour les jeux Paralympiques. Un parcours exemplaire, mais pas sans difficultés.
«A ce poste, je ne subis pas du tout mon handicap» Insertion

«A ce poste, je ne subis pas du tout mon handicap»

A 33 ans, Boubacar est juriste dans un ministère. Il se déplace avec des béquilles à cause de séquelles de poliomyélite. Un handicap moteur qui lui a fermé bien des portes ! Jusqu'à ce qu'il rencontre l'équipe du projet d'insertion professionnelle de Handicap International à Dakar, qui l'a accompagné dans son projet professionnel.
«Je suis super impatiente de retourner en classe» Insertion Réadaptation

«Je suis super impatiente de retourner en classe»

Un peu partout dans le monde, les enfants retrouvent le chemin de l'école. Christella vit à Port-au-Prince, en Haïti. Amputée de la jambe gauche suite au séisme qui a frappé le pays en 2010, la jeune fille a reçu une prothèse et est toujours suivie par les équipes de Handicap International. Après un bel été, elle se réjouit, elle aussi, de retourner en classe.