Go to main content

Blessés de Gaza : 3 témoignages

Réadaptation Santé Urgence
Des milliers de Palestiniens ont été blessés lors des manifestations à Gaza durant la première partie de l'année 2018. Beaucoup d'entres eux sont confrontés à une revalidation longue et difficile. Ils peuvent heureusement compter sur les équipes de Handicap International et ses partenaires.
Ahmad montre sa blesseure à sa jambe droite à un collaborateur de l'équipe mobile de Handicap International.

Des milliers de Palestiniens ont été blessés lors des manifestations à Gaza durant la première partie de l'année 2018. Beaucoup d'entres eux sont confrontés à une revalidation longue et difficile. Ils peuvent heureusement compter sur les équipes de Handicap International (HI) et ses partenaires.

Ahmad: “ J'avais abandonné l'espoir d'une vie normale.”

Ahmad (16 ans) a reçu une balle dans la jambe droite, juste sous le genou. Après quatre opérations, il a pu rentrer chez lui mais il peut à peine quitter son lit. Ahmad vit au quatrième étage et même le plus petit déplacement représentait un défi. Sa mère devait l'aider pour tout. Le jeune garçon s'est refermé sur lui-même. La famille voyait pas qu'il était faible et ne pouvait pas bouger.

Depuis, il reçoit régulièrement la visite d'une organisation partenaire de Handicap International. L'équipe mobile a veillé à ce qu'Ahmad puisse bouger davantage et prendre soin de lui. Elle lui a également appris à marcher avec les béquilles qu'il avait reçues de HI. Grâce à cela, Ahmad a pu retourner à l'école à peine deux semaines après sa sortie de l'hôpital. Ahmad veut devenir ingénieur civil et étudier l'anglais.

Mazen : une balle, de multiples impacts

Mazen (33 ans) est ambulancier. Alors qu'il intervenait aux abords de la frontière, où se déroulent régulièrement des manifestations, il a été blessés aux deux jambes par une balle. Aujourd'hui, il ne peut plus travailler. Son été a nécessité sept opérations. Aujourd'hui, il attend d'être transféré hors de Gaza pour une nouvelle intervention chirurgicale. Mais les dégâts ne sont pas seulement physiques : Mazen sombre dans une grande détresse psychologique.

Les équipes mbiles des partenaires soutenus par HI lui rendent visite régulièrement pour changer son pansement et s'assurer de la bonne cicatrisation de ses blessures. Il a aussi reçu une chaise roulante et des béquilles, un kinésithérapeute lui a réappris à se déplacer avec ces aides. Pourtant la convalescence de Mazen sera encore longue.

Il doit encore être opéré pour retrouver l'usage complet de ses jambes. L'opération à venir l'inquiète et ce stress ajoute à sa dépression. HI lui apporte donc un appui psychologique, pour qu'il puisse reprendre espoir et envisager un avenir pour lui et sa famille.

Nehad : “ Je continue à souffrir ”

Nehad (29 ans) est marié et a deux enfants. Il a été touché par une balle près de chez lui. La balle a traversé sa jambe droite avant d'atteindre sa jambe gauche et d'exploser, causant d'importants dégâts. Le jeune père de famille a subi plus d'une vingtaine d'opérations et est resté plusieurs mois à l'hôpital. Aujourd'hui, il doit encore être opéré. Il dépense 300 euros par mois en antidouleurs et en antibiotiques, indispensables à sa guérison. Nehad étant incapable de travailler, il dépend financièrement de sa famille.  

Il passe la plupart du temps immobilisé dans le canapé de son salon. Les équipes mobiles des partenaires soutenus par HI lui procurent un soutien physique et psychologique. Grâce aux conseils du kinésithérapeute et à ses béquilles, il peut à nouveau se déplacer. 

“Nehad est déterminé à retrouver son autonomie et montre beaucoup de courage. Il doit encore supporter plusieurs opérations, dont il devra se remettre avec des séances de réadaptation que Handicap International et ses partenaires lui fourniront" explique  Abedelrahman Abu Hassanien, responsable du projet de HI à Gaza. 

Pour aller plus loin

 « Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »
© Davide Preti/HI
Réadaptation

« Je considère ma prothèse comme ma vraie jambe. »

Il y a dix ans, Maryse (44 ans) a été blessée suite au séisme qui a frappé Haïti et a perdu sa jambe droite. Depuis, elle a gardé le moral. Aujourd’hui, elle n’a pas honte de sa prothèse.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »
© Gilles Lordet / HI
Mines et autres armes Réadaptation

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes… »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour HI à Sana’a, au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par HI et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.  

HI aide les familles qui fuient le Vénézuela
© HI
Urgence

HI aide les familles qui fuient le Vénézuela

La Colombie accueille plus d’un million de Vénézuéliens qui ont quitté leur pays. HI apporte une aide d’urgence à ces populations vulnérables.