Go to main content

20 ans d'action pour donner accès à l'école aux enfants handicapés

Insertion
Togo
Parce que les enfants handicapés sont trop souvent exclus de l’éducation, Handicap International conduit depuis 1998 des actions en faveur de leur scolarisation.
des écolières écoutent la leçon, assises derrière des bancs en bois et regardent le tableau

Parce que les enfants handicapés sont trop souvent exclus de l’éducation, Handicap International conduit depuis 1998 des actions en faveur de leur scolarisation.

Dans beaucoup de pays, les enfants handicapés ont peu ou pas accès l'enseignement. Bien plus, un tiers des 58 millions d'enfants non scolarisés dans le monde ont un handicap [1]. En comparaison avec un enfant sans handicap, un enfant handicapé à dix fois moins de chance de s'asseoir sur les bancs de l'école.  .

Quand le système scolaire les laisse entrer, leurs chances de faire connaissance et d'acquérir des compétences sont relativement limitées. Avec pour conséquence que ces enfants ne peuvent pas s'épanouir complètement ou participer activement à la vie de leur communauté et qu'ils éprouveront donc des difficultés à trouver du travail plus tard.

C'est pourquoi Handicap International s'investit depuis près de vingt ans pour améliorer l'accès à l'école des enfants handicapés. L'organisation veillé par exemple à ce qu'ils puissent avoir accès à l'enseignement ordinaire, organise des formations pour les enseignants, rend les écoles plus accessibles et sensibilise les autorités à la nécessité d'une politique d'enseignement inclusive. Nos équipes s'assurent aussi que les enfants puissent aller à l'école en toute autonomie en leur donnant les soins de réadaptation physique nécessaires - de la kinésithérapie ou une prothèse par exemple.  

La classe de Moussifa a appris la langue des signes

Moussifa, née en 2007 au Togo, a ainsi longtemps été privée de scolarité du fait de son handicap auditif et de la situation difficile de sa famille. La petite fille a finalement pu s’inscrire à l’école grâce aux efforts de Handicap International auprès des autorités scolaires togolaises. Elle est aujourd’hui en deuxième année d’école primaire… dans une classe (presque) comme les autres.

Malentendante de naissance, Moussifa a appris la langue des signes à l’école primaire de Kara Centrale (dans la ville de Kara, au Nord du pays) avec l’ensemble de ses camarades de classe. " Pour que Moussifa puisse aller dans une école avec les autres enfants, il fallait qu’elle puisse être comprise par tous ", explique Tidénèbè Tagba, l’institutrice de la classe. " Toute l’équipe pédagogique de l’école a appris la langue des signes ainsi que les élèves. "

En 2015, 250 écoles primaires du Togo ont reçu un soutien de Handicap International, dont 1000 enfants en situation de handicap - dont Moussifa - ont pu bénéficier.

[1] Rapport Summit on Education for Development in Oslo, 2015.

Pour aller plus loin

Ramesh : un courage immense ! Insertion Réadaptation

Ramesh : un courage immense !

25 avril 2015, la terre tremble au Népal. Ramesh, 18 ans, se retrouve prisonnier des décombres. Il perd ses deux jambes. Après avoir suivi des séances de réadaptation et reçu des prothèses avec le soutien de Handicap International (HI), il remarche et s’entraine pour les jeux Paralympiques. Un parcours exemplaire, mais pas sans difficultés.
«A ce poste, je ne subis pas du tout mon handicap» Insertion

«A ce poste, je ne subis pas du tout mon handicap»

A 33 ans, Boubacar est juriste dans un ministère. Il se déplace avec des béquilles à cause de séquelles de poliomyélite. Un handicap moteur qui lui a fermé bien des portes ! Jusqu'à ce qu'il rencontre l'équipe du projet d'insertion professionnelle de Handicap International à Dakar, qui l'a accompagné dans son projet professionnel.
«Je suis super impatiente de retourner en classe» Insertion Réadaptation

«Je suis super impatiente de retourner en classe»

Un peu partout dans le monde, les enfants retrouvent le chemin de l'école. Christella vit à Port-au-Prince, en Haïti. Amputée de la jambe gauche suite au séisme qui a frappé le pays en 2010, la jeune fille a reçu une prothèse et est toujours suivie par les équipes de Handicap International. Après un bel été, elle se réjouit, elle aussi, de retourner en classe.